Le Khalife Général met fin à un vieux conflit…Et dédommage le plaignant en payant cash 80 millions

L’affaire qui opposait Water Global Center et le marabout Cheikh Alioune Mbacké vient de connaître son épilogue. En effet, après plusieurs années de conflit suite à l’exploitation à des fins commerciales par Maou Rahmati jugée illégale par le plaignant, Amary Guèye, le Khalife général des mourides, fidèle à sa réputation d’homme de paix et de droiture, a tranché en faveur de l’entreprise américaine. Mieux, il l’a même dédommagée en payant en argent liquide l’équivalent de 80 millions de francs Cfa.

TOUBA – Tout est parti d’une médiation entre deux proches collaborateurs du Khalife général des mourides, Serigne Sidi Makhtar Mbacké, et le sieur Amary Guèye, représentant de l’entreprise américaine Water Global Center à Touba. Etaient présents le plaignant lui-même, Cheikh Marième Mbacké, Cheikh Ndiaye, assistant et homme de confiance du marabout, et le mis en cause dans cette affaire d’exploitation à des fins commerciales sans autorisation, donc jugé illégale d’un matériel et d’une marque par Maou Rahmati, à savoir Cheikh Aliou Mbacké. Les émissaires du Khalife et la partie civile qui avaient déjà porté plainte et le président de Maou Rahmati ont été, tour à tour, entendu et chacun a donné ses arguments avant leur ultime rencontre avec Serigne Sidi Makhtar Mbacké.

Mais, comme on pouvait s’y attendait du reste, le guide suprême de la communauté mouride a finalement tranché en faveur d’Amary Guèye, à qui il a donné raison sur toute la ligne. Et cela, suite aux arguments et documents fournis par les deux parties et au compte rendu sans complaisance de l’interrogatoire mené en profondeur par les hommes de confiance du Khalife.

Serigne Sidi Makhtar : «Je ne veux plus entendre parler de ce problème»

Il a été rapporté que le président de Maou Rahmati n’a pas pu convaincre, ni par ses arguments ni par des documents la thèse qu’il a toujours soutenue. A savoir que les unités d’osmose qu’il exploite depuis quelques années ont été offertes par l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade. Raison pour laquelle le Khalife estime que le sieur Amary Guèye a été lésé et devrait, avant de quitter la ville sainte, renter intégralement dans ses fonds.

Séance tenante, l’argent a été remis au mis en cause lui-même qui l’a versé dans le compte de Maou Rahmati , avant de  procéder  au versement  immédiat dans le compte de Water Global Center. Cela met définitivement fin au conflit.
Du reste, une source qui a pris part à la rencontre révèle que le Khalife a remercié  aussi bien le plaignant que le mis en cause, avant de leur demander de fumer le calumet de la paix et de travailler en intelligence pour le bien de la communauté mouride. Serigne Sidi Makhtar de terminer en ces termes, selon nos sources : «Je ne veux plus entendre parler de ce problème d’exploitation d’eau et de dettes de la communauté mouride envers qui que ce soit».

Guèye : «Je n’avais pas de problèmes avec la communauté mouride, mais avec une personne…»

Amary Guèye, joint par téléphone, confirme l’information, mais dit ne pas vouloir trop revenir sur cette affaire, conformément à la volonté du Khalife des mourides et à l’engagement qu’il a pris de ne plus jamais parler de cette affaire. «Je rends grâce à Dieu et je remercie et renouvelle mon allégeance au Khalife des mourides qui est mon guide. Je n’avais pas de problème avec la communauté mouride, mais avec une personne qui me devait de l’argent. Maintenant que le Khalife a payé, je tourne définitivement cette page et me consacre à autre chose. La plainte pour détournement des unités a été retirée», a-t-il confié, au bout du fil.

Du côté du domicile du Khalife, un de ses proches collaborateurs confirme également que le guide religieux a effectivement payé la dette de 80 millions de francs Cfa que le président de Maou Rahmati devait au sieur Amary Guèye et ne souhaite plus qu’on en parle.

Pour rappel, l’entreprise Global Water Center, représenté au Sénégal par le nommé Amary Guèye, un ancien gendarme reconverti en homme d’affaires, avait déposé des unités d’osmose pour désaliniser l’eau saumâtre de certains forage de Touba. Au lendemain de la seconde alternance, en 2012, les responsables de Maou Rahmati, sur instruction de Cheikh Alioune Mbacké, ont installé les machines dans le forage de l’université de Touba et revendait l’eau à 4 000 francs Cfa le mètre cube.
Après plusieurs démarches pour rentrer dans  ses fonds, Amary Guèye avait porté plainte au nom de l’entreprise américaine au parquet du Tribunal de grande instance de Diourbel. La bataille médiatique entre les deux hommes a été rapportée au Khalife qui a décidé, depuis la semaine dernière, d’y mettre fin.

Le populaire