Le Grand Parti de Gakou dit « NON » aux APE…Et demande à Macky de défendre la patrie

Non aux APE

Les Etats n’ont pas d’amis. Ils n’ont que des intérêts » disait le Général De Gaulle

Dans le but de terminer son mandat en beauté le président Américain Barack Obama insiste pour faire signer aux pays Européens les accords TAFTA  (Traité de Libre Echange Transatlantique) pour mieux asseoir le privilège des USA dans les échanges commerciaux au niveau de l’espace Schengen, ce que les Etats Européens  refusent catégoriquement.

Paradoxalement nos pays sont en train de signer les accords de libre-échange appelés APE (Accords de Partenariat Economique) avec cette même Europe qui est en train de lutter pour  échapper à  une exploitation  économique.

Déjà en 2007 le président Wade disait : « les APE prévoient un libre échangisme entre l’Europe et nous, les pays africains peuvent exporter sans limitation de quantité et sans droits de douane et les pays européens peuvent le faire réciproquement. C’est une illusion, c’est déséquilibré. L’Europe peut produire et exporter tout ce qu’elle veut rapidement, sa capacité de production est illimitée. Les pays africains ne peuvent pas parce que leurs économies sont sous-développés ».

Pourquoi Monsieur le Président signer un accord qui nous engouffre davantage ?

Le PIB par habitant de l’Afrique subsaharienne en 2013 était de1.615$ contre 34.290$ dans l’UE. Signer les APE  c’est mettre sur un ring deux lutteurs avec une différence de poids de plus de 21 fois.

Signer les APE nous fera perdre 75 milliards de FCFA dès la première année et 240 milliards par an d’ici vingt ans alors qu’on a besoin de juste 76,6 milliards pour régler le problème des abris provisoires et ainsi commencer à régler de manière structurelle  les problèmes chroniques de l’éducation.

Avec  les APE, le lait en poudre venant d’Europe ne paiera plus de droit de douane. Ce sera à la fois des recettes perdues, la mort de notre élevage, de nos entreprises de transformations laitières alors que le gouvernement crie partout que la facture laitière annuelle est de 60 milliards. De la même façon,  tous les autres secteurs seront affectés. A cet effet Taubira déclare : « il n’y a pas exemple d’ouverture de marché qui conduit au développement ».   Vous nous promettez l’émergence, Monsieur le Président, mais comment émerger sans changer de mentalité ? Comment défendre la patrie d’une mondialisation qui nous laisse sur le quai ?  Comment rompre avec le système de pillage économique de nos états ?                                                                                A quand le patriotisme économique ? Enfin à quand l’unité fédérale de l’Afrique ?

Sawdiatou kane Grand Parti St Louis