Le Gouvernement du Sénégal d’assumer sa souveraineté juridique dans l’affaire Karim Wade

Si l’avis du Groupe de travail de l’ONU sur l’affaire Karim Wade est considéré par ses avocats comme une victoire de leur client, la Ligue démocratique (Ld) estime pour sa part que le Groupe de travail des Nations-Unies n’est pas un tribunal pour juger. Sous ce rapport, la Ld n’en demande pas moins au Gouvernement du Sénégal d’assumer sa souveraineté juridique. Pour ce parti de gauche et de la mouvance présidentielle, l’opinion dudit groupe ne peut avoir aucune influence sur la détention de Karim Wade. Ainsi, Mamadou Ndoye et Cie en appellent d’une part tous les Sénégalais épris de justice à respecter l’autorité de la chose jugée et d’autre part encouragent le Gouvernement à assumer la souveraineté juridique du Sénégal. Au demeurant, le Secrétariat permanent s’interroge sur les lenteurs enregistrées dans la poursuite de la traque des biens mal acquis et demande à ce que tous les responsables cités dans les différentes procédures pendantes devant la justice soient attraits devant les juridictions compétentes. Toutefois, la Ld exige que la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) reprenne ses activités et s’intéresse aux anciens dignitaires du régime libéral visés par la traque. Karim Wade ne doit pas être l’agneau du sacrifice selon les camarades de Ndoye qui exigent que tous les responsables libéraux cités dans les différentes procédures pendantes devant la justice soient attraits devant les juridictions compétentes. En effet, sur la liste de la Crei, figuraient, en bonne place, Oumar Sarr, Me Madické Niang, Samuel Sarr, Me Ousmane Ngom, Abdoulaye Baldé, tous des pontes du Pds soupçonnés d’avoir acquis de manière occulte leur patrimoine.

2 Comments

  1. Face à la cour de la CEDEAO l’argutie a été que Macky n’a pas d’injonction à recevoir d’eux (sauf l’injonction de créer les CAE pour juger Habré).
    Face au tribunal de Paris, l’argutie a été que Paris n’a pas respecté les procédures de bienséance en laissant publier dans les médias son classement sans suite de la plainte de Macky sans en laisser la primeur, sous plis fermé, à Macky, et qu’une deuxième plainte sera déposée en France.
    Aujourd’hui, la LD nous sort la notion de souveraineté juridique pour un pays signataire du statut de Rome.
    La souveraineté juridique, si elle a un sens, devait commencer par une ouverture d’enquête sur le Diack-Pot, au lieu d’attendre sagement ce que décideront les juridictions françaises. La souveraineté juridique devrait commencer par la mise aux arrêts de Massata Diack et l’ouverture d’une enquête au lieu de faire déclarer au PM un refus de collaborer avec Interpol, dont le Sénégal est signataire des accords.
    A chaque impasse de Macky, sa nouvelle création de gymnastiques langagières.

  2. Je me demande à quoi servent les cours de droit qu’on donne aux étudiants de première année. Les traités signés par un pays s’imposent d’office à ce pays. Tout étudiant de première année le sait. Donc si on ne veut pas être obligé d’appliquer un traité on ne doit pas le signer. Les USA ont refusé de signer plusieurs traités afin d’avoir les mains libres. Mais le Sénégal signe d’abord et refuse après. C’est soit de l’ignorance ou de l’enfantillage. Comment peut-on respecter un pays qui ne respecte même pas sa propre signature.

Les commentaires sont fermés.