Le Front présente plusieurs candidats à la présidentielle : Karim et Baldé, les deux premiers…Idy n’a rien dit

La déclaration de candidature du maire de Ziguinchor, par ailleurs leader de l’Union centriste sénégalaise (Ucs), qui porte ainsi à deux, le nombre de candidats déjà déclarés au sein du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) n’est pas une surprise pour les partis membres de cette coalition. L’avis est d’Amadou Daff, responsable d’And-Jef /Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj/Pads) et son camarde Mayoro Faye du Parti démocratique (Pds). Interpelés par la rédaction de Sud quotidien hier, mercredi 16 septembre, sur la question d’une candidature unique ou plurielle au sein du front, les deux responsables de cette coalition ont indiqué que l’opposition sénégalaise est en avance sur la coalition au pouvoir par rapport à ce débat.
Selon eux, l’opposition milite pour une pluralité de candidatures au premier tour. «Nous ne sommes pas pour une candidature unique de l’opposition au premier tour. Il faut laisser à chaque parti politique le choix de vendre son projet de société aux Sénégalais à qui revient le dernier mot. Nous sommes donc pour une expression plurielle au premier tour», a déclaré le responsable départemental d’And-Jef/Pads à Kanel, par ailleurs responsable de la Cellule de communication au niveau national de ce parti.
Poursuivant son propos, Amadou Daff, qui précise que les partis membres du front sont unis par un code, a indiqué que la pluralité de candidature au premier tour, loin d’être une menace pour la cohésion du front, ne fera que renforcer d’avantage l’unité des partis membres de leur coalition.
Confortant cette idée, Mayoro Faye, membre de la Cellule de communication du Pds déclare, pour sa part, que le choix du Pds de faire de Karim Wade son candidat n’enlève pas aux autres partis du front leur droit de présenter, eux aussi, un candidat. «Le front est un cadre qui réunit des partis de l’opposition qui sont d’égales dignités. Chacun des partis gère une certaine souveraineté, en tant que parti politique librement et légalement constitué. Et l’ambition d’un parti politique, c’est de conquérir le pouvoir. Cela n’enlève en rien notre objectif commun qui est de constituer un bloc commun pour faire face à l’oppression du régime de Macky Sall», a-t-il fait savoir tout en précisant que les questions électorales ne sont pas encore posées au niveau du Fpdr.
«Actuellement, nos discussions se portent principalement sur les préoccupations des sénégalais. Notamment une solution alternative de l’opposition à la cherté de la vie, la crise dans les secteurs de l’éducation et de la santé, la question de l’emploi des jeunes, du développement de l’agriculture mais surtout l’indépendance de la justice et le respect des droits individuels et collectifs, pour ne citer que cela. Le moment venu, lorsque Macky Sall annoncera la date de la présidentielle, le Fpdr avisera et chacun des membres donnera sa position par rapport à ce sujet de candidature», argumente-t-il.
Et Mayoro Faye d’ajouter, dans la foulé, que «candidature plurielle ou unique, la défaite de l’actuel régime n’est qu’une question de jours. C’est un régime finissant qui ne parvient pas à régler les problèmes des sénégalais. Le cas le plus patent est celui des 230 pèlerins parqués au niveau des hangars de l’aéroport Léopold Sédar Senghor depuis presqu’une semaine maintenant. Pour moi, l’opposition n’a pas à se bousculer car de toute façon, Macky Sall va partir».