Le 23 juin, un héritage volé…5 ans après

Déjà cinq années se sont écoulées depuis ce légendaire jour du 23 juin qui reste gravé dans l’histoire du Sénégal par l’esprit de refus du peuple qui pourtant semble être trahi  par la suite des événements. C’est avec une vraie légitimité que des citoyens se sont dressés devant l’assemblée nationale   pour faire annuler un projet jugé illégitime ;  mais ce combat noble s’est vu entacher  par  toutes sortes d’intérêts malsains et inavoués .Le résultat obtenu lors de cette journée est censé appartenir uniquement au peuple sénégalais mais bon nombre  de personnes se l’ approprient  et se font passer pour les véritables héritiers de ce soulèvement sans pourtant oser en assumer les débordements .

Les vrais héros de ce jour étaient animés  par un esprit de patriotisme mais hélas il semble que d’autres individus  en soif de reconnaissance personnelle étaient tapis dans la foule et ont fini par dénaturer le message que ce peuple du 23 juin a voulu envoyer  à la face de ses dirigeants qui semblent  n’avoir retenu aucune leçon de ce soulèvement .Une révolte qui risque de n’avoir servi à rien d’autre qu’à changer  les hommes aux commandes au vu des comportements des dirigeants actuels mais aussi de celui des  acteurs de la société civile qui sont en majorité passés de l’autre côté de la barrière abandonnant les vrais combattants qui ont donné leur vie pour graver l’ampleur du refus dans  l’histoire du Sénégal .

La noblesse de ce combat a fini d’être assombrie  par les révélations de Lamine Diack. Révélations qui semblent dire  que rien de ce fameux jour n’a ‘été spontané et que les citoyens auraient pu être manipulés par des mouvements et acteurs de la vie politique  qu’il aurait lui-même financé.  Les accusés n’ont à  ce jour donné  aucune preuve de leur innocence. Les vrais héros de ce jour sont des anonymes venus de partout uniquement pour défendre leur peuple et n’ont cherché à récolter rien d’autre que le sentiment du devoir accompli. Les citoyens se sont battus le 23 juin pour montrer aux  tenants du pouvoir que la force reste au peuple, il serait plus sain et plus  noble de restituer cet héritage aux anonymes, de respecter et d’honorer la mémoire de ceux qui ont donné leur vie en leur rendant  justice avant qu’il n’y est un autre soulèvement.

Maimouna   Bousso

                                                                                                                    Présidente du Mouvement XALASS