L’arrêt de la traque des biens mal acquis peut faire exploser Benno

Le secrétaire général du Rta-S, Momar Samb, est de ceux qui militent pour la poursuite de la lutte contre l’enrichissement illicite et le détournement de deniers publics. Dans un entretien paru dans Le Soleil de ce jeudi, il souligne que la libération de Karim Wade ne doit pas sonner la fin des procédures en ce sens.

« La traque des biens mal acquis constitue une demande forte, faisant partie, comme le nettoyage des écuries de Wade, des douze travaux d’Hercule, des actes de refondation de notre nation, pose Momar Samb dans les colonnes du journal. Elle doit donc se poursuivre inexorablement, quelle que soit la situation et en dépit des pressions, nationales et internationales, qui ne manqueront pas de peser de tout leur poids. »

Le secrétaire général du Rta-S estime que le chef de l’État a intérêt à maintenir le cap de l’opération mains propres enclenchée au lendemain de son élection en 2012. C’est pour lui, selon Samb, la meilleure façon de préserver sa majorité d’un éclatement.

« Il est évident que si, dans cette dynamique de construction de la bonne gouvernance, il arrivait que des dossiers soient occultés, que des déviances soient avérées et que l’on assiste à des dérives consistant à protéger des inculpés, la fronde peut se faire jour pour faire face à une telle dérive qui va à l’encontre des principes qui constituent un élément fondamental du socle sur lequel est bâti Benno. »

Momar Samb croit savoir que la coalition présidentielle est loin de cette situation : « J’ai bon espoir que cela n’arrivera pas, car ni le président de la République Macky Sall ni ses alliés n’y ont intérêt. Ce serait, comme dirait l’autre, scier la branche sur laquelle on est assis. »