L’APR traite Abdoul MBAYE, Nafi Ngom KEITA et Ousmane SONKO…D’ingrats

Les coups d’essai d’ingratitude et l’indiscipline de nos fonctionnaires et hommes politiques.

     Depuis un certain temps, l’atmosphère politico-sociale est alimentée de ragots, de menaces, de fausses nouvelles et de fausses alertes, d’intoxication malsaine. Ceci offre un boulevard aux opposants qui s’engouffrent dedans pour porter des coups au pouvoir en place. Les affaires Abdoul MBAYE, Nafi Ngom KEITA, Ousmane SONKO et les accusations de Birahim SECK du forum civil, de Cissé Kane NDAW, de Thierno BOKOUM, d’Idrissa SECK et autres manipulateurs nous font tressaillir de douleurs. Au Sénégal, tout se dit mal et s’énonce en maximes politiciennes car ne respectant pas l’ordre établit, illusion sur la liberté d’expression clamée pour tout se permettre.

    Il est de devoir pour tout honnête homme, pour le bien de sa Nation, de mettre à la disposition de celle-ci toute sa vertu humaine pour honorer son peuple. Le peuple souhaite voir les précautions de grandeur en ses fonctionnaires et hommes politiques qui ont en charge le bon fonctionnement des institutions de la République. La République étant une affaire de conscience collective, nul de raisonnable ne doit entraver sa bonne marche.

A ces hauts fonctionnaires et à ces hommes politiques, je les invite à peser leurs considérations, juger leurs déraisons pour comprendre qu’elles doivent se réduire au plus simple à des leçons d’humanité qu’un être bien éduqué, sensé intelligent et digne ne mettrait jamais en cause durant sa courte existence.

Dès son accession à la magistrature suprême, son Excellence le président de la République Macky SALL a cherché à mettre une équipe gouvernementale issue d’une coalition de partis, capable de relever les défis. Son choix pour un premier Ministre fut porté sur la personne d’Abdoul MBAYE. Le président avait trouvé en lui, parmi tant d’autres, du sens, de la dignité dans la vérité sublime sur l’homme. Il avait pensé juste en le nommant et il l’a fait par ses prérogatives de manière désintéressée. Insatisfait du travail de celui-ci, il le remercie et nomma Madame Aminata TOURE. Même chose pour la Dame de fer mais celle-ci a gardé sa dignité.  Toujours par l’innovation dans l’action pour plus d’efficacité dans la gestion de l’État, il créa l’OFNAC qu’il confia à Madame Nafi Ngom KEITA après l’avoir convaincu comme dit la dame. La fierté qu’il avait en les nommant les a excité, et au lieu d’être redevables comme Madame Aminata TOURE, par pure ingratitude, les voilà en première ligne arrimés au char des dénigrements infondés, de calomnies, d’invectives, de délations, de menaces et d’intoxication, poussés par des gens qui n’ont aucune dignité. Comme disait le chanteur Thione SECK, par leurs manies, ils poussent le coq à donner des coups de tête, se croyant bélier. Par ce même pouvoir, le président a mis fin aux fonctions qui leur ont été confiées dans la plus grande légalité. De hauts fonctionnaires à qui tient le salut de leur patrie doivent être dévoués à leurs devoirs de réserve, à leur code de déontologie et à leurs civilités morales mais surtout à la reconnaissance du chef. Mais que remarque-t-on dans leurs attitudes? De l’ingratitude, de l’indiscipline, de l’égarement de leurs raisons qui marquent la mauvaise foi qui se couve en eux, bref, de la lâcheté et de la méchanceté. Il y a bien à la vie humaine un but, une fin, un objet moral qu’il faut savoir définir positivement pour mériter de vivre. La vie est un mal pour le méchant qui prospère, et un bien pour tout honnête homme. Le rapport entre l’homme et l’objet de sa vie le rend bon ou mauvais. Or, aujourd’hui, le malheur d’être injuste fait échouer beaucoup de nos intellectuels politiciens sénégalais. Pas un jour où ils ne nous servent des contrevérités, des déballages truffés de mensonges, des dénigrements inventés de toutes pièces sur le régime du président SALL ou sur sa famille ou ses proches, des accusations graves qui font vaciller la paix et la cohésion sociale. Tout ceci pour le discréditer, le fait haïr par les sénégalais et le faire partir afin de mettre un autre pour ensuite recommencer de plus belle.  Tous les présidents qui se sont succédé au Sénégal ont connu le phénomène sénégalais. Un véritable compte à rebours, une spirale infernale. Au lieu de tirer le peuple vers le rassemblement dans les actions de développement, ils le mènent vers les mauvaises passions qui ont retardé toutes les Nations pauvres. Fions-nous à l’intérêt d’être grand, prenons exemple sur les grands hommes qui ont marqué l’histoire par leurs grandes actions. La manifestation de toute pensée humaine doit se faire dans la discipline intellectuelle et dans ce que nous appelons nos actions et créations en tant qu’architectes sociaux. Ainsi toute fécondité de ses pensées et actions pour la société sera louange de Dieu. Il vous bénira et vous orientera dans la bonne direction. Son excellence le président Macky SALL a eu cette conduite pour en arriver là où il est aujourd’hui. Il le sait bien, c’est une morale humaine pour lui et aucun de ses adversaires ou ennemis ne le surpassera, ne le dominera et ne l’anéantira: « FAGN NA NGOR, ROGA DEB NO KHOLOUM », il sait bien ce qu’il a dit. Il n’a jamais rien déballé, il n’a jamais indisposé, il n’a jamais humilié et pourtant il sait beaucoup de choses, vue sa trajectoire. Toujours discret, raisonnable, honnête, humble, courtois, intègre, juste, réceptif et ouvert. Il répond toujours à ses détracteurs par le silence pour leur permettre de se ressaisir et de revenir à la raison. Quel homme politique a ces vertus dans le landerneau politique sénégalais? Celui qui aura ces vertus sera à coup sûr son successeur après ses deux mandats, croyez-moi, Dieu est juste et le Sénégal est un pays des hommes de Dieu.

 

Malick Wade GUEYE, Coordonnateur Section APR, Almeria, Espagne.

1 Comment

  1. Chaque sortie d’un membre de l’APR a le don de me conforter dans mon opinion: il faut perdre quelque chose pour pouvoir soutenir Macky Sall. Et dans ce cas d’espèce, comment un homme informé de l’histoire du Sénégal, se rappelant le cheminement des relation Wade- Macky Sall, peut il, pour défendre Macky, reprocher à un autre sénégalais d’être ingrat envers lui, sans avoir un souvenir qui l’empêche d’extérioriser sa pensée ?
    Je le dis et le répète: il faut perdre quelque chose pour pouvoir soutenir Macky.

Les commentaires sont fermés.