L’APR tire sur le maire de Grand Yoff : « Madiop DIOP, maire de l’oignon et de la pomme de terre… »

Après le premier acte posé le 28 Avril 2016 lors de notre conférence de presse qui a éventré dans ses moindres détails la stratégie d’enrichissement du maire Madiop Diop (photo)  et suite au rejet par le représentant de l’Etat(mi-mai 2016), le sous-préfet des parcelles assainies de la délibération(Examen et adoption d’un partenariat entre la commune de grand yoff et la société Experia Group SARL) votée à la majorité des conseillers de Taxawu Dakar dans une totale ignorance et un esprit partisan cancéreux à l’exception de khalifa SALL, la député Aminata DIALLO(qui ont lâché leur poulain au dernier moment) le 23 Avril 2016, voilà que le poulain de Khalifa SALL, maire par procuration, à la gestion opaque et scandaleuse, qui revient à la charge en convoquant le conseil le 06 juin prochain pour le même objet mais avec un ordre du jour honteusement reformulé (Délibérations autorisant le maire à négocier avec des partenaires en vue de la signature de conventions.), et qui tient en compte le revers et la honte qu’il a fait subir par cupidité financière à toute une commune. Ce résultat est le fruit de notre obstination inoxydable à défendre les intérêts de grand yoff et à jouer pleinement notre rôle de conseiller municipal .Après notre recours en annulation de la délibération auprès du sous préfet en date du 25 Avril et sa lettre réponse N⁰ 000 394 en date du 28 Avril 2016, nous avons adressé une lettre d’information au ministre de la gouvernance locale en date du 24 Mai 2016 avec accusé de réception.  Les faits d’une gravité extrême qui entourent cette affaire, révèlent :

  • La carence et la culpabilité des services techniques incapables d’attirer l’attention du maire sur les textes qui organisent la gouvernance locale notamment le décret 2013 portant code des collectivités locales ainsi que ceux qui régissent le partenariat public-public au Sénégal notamment la loi 2014 du 20 février et le décret 2015-385 du 20 Mars, et d’inscrire le maire dans une légalité procédurale.
  • La culpabilité de certains présidents de commission victimes de leur crédulité cupide et ou de leur esprit partisan incompatibles à leur charge. La honte, par leur faute, qu’une délibération du conseil municipal de grand yoff soit rejetée par l’autorité.
  • L’évidence de la carence pathologique du maire de l’oignon et de la pomme de terre.
  • L’attestation la plus tangible de la gestion scandaleuse du maire et de son équipe.

A présent, le maire fait un virage à 360⁰ en décidant de façon extraordinaire sans consultation du conseil municipal, d’abandonner le partenariat public-privé retenu et d’utiliser une autre procédure, la délégation de service public contenue dans la loi 2006-16 du 30 juin portant code des obligations de l’administration avec comme formule le contrat de concession. Le rapport de présentation transmis au conseil, qui est une copie –collée des définitions contenues dans le présent code, ne renseigne en rien le conseil municipal sur la nature des travaux et des couts. En somme, une simple littérature. In fine, ce qui intéresse ce maire qui s’empresse sans concertations avec les acteurs des marchés de Grand-Yoff et d’Arafat entre autres, sur ces chantiers de plus de 2 milliards de FCFA et des modalités de gestion, en changeant de procédure selon les revers subis, c’est d’assouvir ses besoins insatiables d’argent en perspective des législatives et de la présidentielle 2019  puisque son patron Khalifa SALL a donné le signal. Rien n’est consenti dans le budget de 2,5 milliards pour des investissements de taille qui puissent refléter l’effort consenti par les acteurs économiques de grand yoff au delà de l’oignon et de la pomme de terre. C’est pourquoi nous demandons l’audit de sa gestion au regard des fautes de gestion qui font légions dans la commune et un seul passage des organes de contrôle suffirait à le démontrer. La saisine de l’OFNAC qui était suspendue à la réponse du représentant de l’Etat, étant levée, reste de rigueur et sera faite dans les meilleurs délais. Nous lançons aussi un appel à toutes les forces vives de Grand Yoff, à avoir un regard sur la gestion de la cité et de jouer ainsi, et à nos cotés, leur rôle de veille et vigilance citoyenne afin que notre commune aux potentialités énormes, puisse décoller à l’instar des autres collectivités

CHEIKH NDIAYE PORTE PAROLE et  CONSEILLER MUNICIPAL