L’APR sur le point de gâcher les retrouvailles entre Macky et Wade…Ça complote pour tout foutre en l’air

Les retrouvailles agitées de la famille libérale ont-elles des chances de prospérer ? Toujours est-il que, l’Alliance pour la République (Apr), dont les responsables viennent d’horizons divers, risque d’être le facteur de blocage. 

Depuis que le président de la République, Macky Sall, a émis le souhait d’instaurer un dialogue, lors de son déplacement chez la responsable libérale, Oumou Salamata Tall, pour des condoléances, des retrouvailles de la famille libérale sont de plus en plus agitées. Si le Parti démocratique sénégalais (Pds) est ouvert au dialogue et à d’éventuelles retrouvailles avec le Président Macky Sall, qui a eu à jouer un rôle important dans cette formation, alors qu’il assurait la charge de numéro deux derrière le chef historique du « Sopi », Me Abdoulaye Wade, tel ne semble pas être le cas du côté du parti présidentiel, où il y a des résistances.

Un état de fait qui s’explique par la singularité de l’Alliance pour la République (Apr) de par sa composition. En effet, à l’Apr, « il y a du tout », pour paraphraser un ténor de ce parti. Beaucoup de responsables, et pas des moindres, qui ont galéré avec Macky Sall, du temps des vaches maigres, ne sont pas d’obédience libérale.

L’ancien Premier ministre Aminata Touré, qui est revenue en force dans le giron du chef de l’Etat qui l’a nommée Envoyée spéciale, a fourbi ses armes dans la gauche, notamment au sein du And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj/Pads). Seydou Guèye, porte-parole du gouvernement et de l’Apr, est un ancien du Parti de la réforme (Pr) d’Abdourahim Agne, réputé pour son ancrage dans la gauche. Mahmoud Saleh, « l’homme du coup d’État rampant puis debout », qui occupe le poste stratégique de Directeur de Cabinet politique du Président Macky Sall, est un trotskyste pur et dur, spécialiste des stratégies politiques. En dehors de ces trois proches collaborateurs, il y a d’autres responsables de l’Apr qui n’ont jamais milité au niveau de formations d’obédience libérale.

En quoi des retrouvailles libérales peuvent-elles intéresser ces derniers ? D’autant plus que le compagnonnage de l’Apr avec ses alliés, dans le cadre de « Benno bokk yakaar », se porte à merveille. Et que la Coalition susnommée travaille déjà sur les prochaines élections législatives, où elle devrait en découdre avec une opposition emmenée par le… Pds.

« Les retrouvailles libérales, c’est comme un vieux serpent de mer souvent agité pour réduire le dialogue politique à une opération partisane et électoraliste ». Ces propos tenus par Seydou Guèye, dans un entretien qu’il nous a accordé, résument l’aversion que les principaux collaborateurs du chef de l’État ont à l’endroit des libéraux.

 

Le Pop