L’APR donne les 5 axes prioritaires de Macky Sall pour ridiculiser le neveu de Wade…

Le ridicule ne tue pas au PDS, Doudou WADE le confirme !

Décidément les leaders du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) sont en train de perdre pied et ils le font savoir tristement à travers leurs sorties ces derniers temps. Après Oumar SARR qui faisait montre de son amnésie à travers un quotidien de la place, voilà que l’ancien Président du Groupe Parlementaire sopiste Mr Doudou WADE, l’emboite le pas en excellant dans des déclarations d’une violence inouïe et qui n’ont d’égale que l’irrévérence de cet homme.
A travers sa tribune signée récemment, le neveu du père du « wax waxeet » s’érige en donneur de leçon et qualifie les réalisations du Président Macky SALL de « mensonge d’Etat ». Permettez-moi d’en rire !
La lecture de votre interview nous laisse groggy et démontre encore une fois toute votre capacité à pervertir la vérité en mensonge afin d’attiser le feu et semer la zizanie au Sénégal. Mais nous sommes déterminés à faire face à ces vieilles méthodes « wadiennes » qui sont révolues et dépassées.
D’abord, vous prétendez que « Macky SALL n’a pas de vision et qu’il a renié son passé…le PDS » c’est là un propos à la hauteur de la carence d’idées qui caractérise votre formation politique ou ce qu’il en reste. Le Président SALL a parcouru le Sénégal pendant trois années pour entretenir les sénégalais de sa vision à travers d’abord le programme YOONU YOKKUTE ou le chemin du véritable développement qui se subdivise en cinq axes :

1. Mettre fin aux injustices sociales

2. Assurer les bases économiques du développement

3. Atteindre une productivité développante

4. Devenir un modèle de démocratie efficace

5. Garantir la paix, la sécurité, la stabilité et œuvrer pour l’intégration.

Toutes ces idées forment les grandes lignes de la théorie de Macky SALL et sont prises en charge dans le Plan Sénégal Emergent (PSE) qui est un « condensé du Yoonu Yokkute et de la SNDES » en trois axes : la transformation structurelle de notre économie, l’amélioration significative des conditions de vie des populations et le renforcement de la sécurité, de la stabilité et de la gouvernance. C’est tout le sens de la démarche méthodique pour atteindre la promesse du véritable développement.
Les « retards » dans la concrétisation de ce programme ont pour origine principale votre gestion calamiteuse. Rien qu’au sortir de l’année 2012, notre pays avait enregistré un très lourd passif avec un cumul de dettes de 3041 milliards de fcfa, dont 700 milliards au titre de la dette intérieure sans compter la sévère crise alimentaire qui frappait de plein fouet une frange importante de la population sénégalaise.
Et d’ailleurs, n’est-ce pas votre candidat aux élections présidentielles de 2012 qui prédisait que les salaires des fonctionnaires ne seraient pas payés s’il n’était pas réélu Président ? Dans ces conditions, il est aisé de deviner le gouffre dans lequel était le Sénégal qui n’a dû son salut qu’au pragmatisme de Macky SALL qui s’est attaqué à bras le corps aux multiples urgences que vous avez engendrées. Dès 2013, plus de 250 milliards furent décaissés pour un apurement progressif de la dette intérieure, 169 milliards pour assister les populations durement touchées par la crise alimentaire, subventionner le prix de l’électricité et soutenir la campagne agricole.
Le Président Macky SALL n’a jamais renié son passé, au contraire il l’a rappelé plusieurs fois en citant même votre chef de file. Ne disait-il pas lors d’une interview accordé au journal Jeune Afrique (JA) au mois d’octobre 2014 que « Abdoulaye WADE a été un chef d’État élu de fort belle manière…qu’il y a eu des réalisations très positives, d’autres nettement moins. Mais que c’est un ancien président, qu’il lui doit respect et considération… »
Prétendre que « dans le PSE c’est le taux de croissance qui est important et pas le reste », c’est faire une analyse assez simpliste de la situation. En effet, c’est ce reste que vous éludez, à savoir la création des conditions économiques pouvant engendrer des plus-values pour les entreprises du pays qui fait naître ce taux de croissance.
Sous ce rapport, le Président SALL a souhaité une croissance inclusive c’est-à-dire une croissance qui profite à chaque sénégalais de Diamniadio à Fongolimbi et de Barkédji au cœur du ferlo à Ross-Béthio. Force est de constater que le gouvernement s’y attèle à merveille sous la houlette du Premier Ministre avec le programme d’accélération de l’agriculteur sénégalais (PRACAS), le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) sans compter ceux déjà réceptionnés et qui portent sur l’énergie, les infrastructures routières…
Votre insinuation que la rationalisation des dépenses publiques serait une idée du PDS est une pure imposture et continue de faire bondir de leurs chaises les enquêteurs de l’IGE et de la cour des comptes. Lorsque que vous étiez aux responsabilités les dépenses de l’Etat avaient explosé pour se hisser à un niveau jamais atteint. Faut-il rappeler que durant votre quinquennat si la croissance avait fortement infléchi c’est en raison de la progression exponentielle des dépenses publiques et de leur utilisation inefficiente.
La Couverture Maladie Universelle (CMU) que vous décriez est un exemple inédit en Afrique et est expérimentée par les pays Sud-américains notamment le Mexique. Il s’agit d’une CMU de base donc pas à 100%. Cela veut dire et c’est valable même en France, que dans la Prise en charge des assurés pour un panier de biens et de services, l’Etat ne paie qu’une partie, l’autre partie incombe à l’usager éligible qui par la suite pourra se couvrir via une mutuelle.
Certes, le Sénégal n’a pas encore les moyens de construire un Hôpital dans chaque coin de rue mais au moins nous avons dans nos quartiers et villages des postes de santé. Cette configuration de notre système de santé n’est pas anodine car elle montre la proximité qui doit exister entre les structures de santé et les usagers. Vous comprendrez dès lors que pour atteindre le maximum de population concernée par ce dispositif, l’Etat a intérêt à subventionner ceux qui fréquentent les postes de santé en prenant à charge leur consultation.
Vos propos sur la création de cabinets de secrétaire d’Etat dans l’architecture gouvernementale ont fini de nous convaincre qu’il y a bien une épidémie d’amnésie dans les rangs du PDS. Vous êtes tellement mal placé pour parler de respect de la constitution. Cette constitution que vous avez martyrisée et souillée à 15 reprises.
Ne disiez-vous pas lors de vos manœuvres pour l’adoption de la honteuse loi Sada N’DIAYE que « dans le Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, il y a une disposition fourre-tout et qu’on peut changer le bureau à tout moment ». N’est-ce pas vous qui avait utilisé ce document interne qui n’a aucune valeur constitutionnelle pour contourner la volonté du constituant qui organisait pourtant la durée du mandat du Président de la deuxième institution du pays?
Cette grossièreté vous avait d’ailleurs coûté une remontrance du Pr El Hadji MBODJ par ces termes : « …le règlement intérieur est à usage interne ; le Bureau n’est pas reconnu par la Constitution ; le Président de l’Assemblée Nationale, lui, est reconnu carrément par la Constitution. Donc, la validité et la durée de son mandat s’apprécient justement par rapport aux prescrits de la Constitution ».
Du haut de votre fauteuil moelleux, vous aviez soutenu et adopté cette loi qui a signé votre arrêt de mort et déclenché votre chute vertigineuse du pouvoir.
Dire que « le Président Macky SALL n’a pas de vision » c’est friser le ridicule comparer aux 12 années de sopi qui se sont soldées par un assourdissant « Tassaro ». Que reste-t-il de ce vulgaire slogan digne de celui d’un marchand ambulant déambulant dans les rues de « Colobane » à la recherche effrénée de clients ?

Touradou SOW Coordonnateur Adjoint APR Strasbourg touradou23@yahoo.fr

1 Comment

  1. « Coordonnateur adjoint APR »,donc membre de la meute, voici une déclaration de Moustapha Diakhaté:
    « Ces étudiants sont des vermines qu’il faut extraire et exterminer »
    J’attend le commentaire voir si c’est quelqu’un qui est entrain de « perdre pied » ou s’il ne peut pas le perdre parce qu’il est de l’APR.

Les commentaires sont fermés.