L’ADER attaque Macky Sall…Sur le limogeage de Nafi Ngom

MACKY SALL ET SES COMPLICES, UN REGIME AU DESSUS DES LOIS : NOTRE PAYS EN DANGER

Nafi Ngom Keïta est partie. Limogée par un Macky qui n’avait aucune alternative, acculé par les cris d’orfraie de ses affidés terrorisés par la courageuse pugnacité de  la Présidente de l’OFNAC.

Elle est partie avec classe, Nafi Ngom Keïta, retourner à ses anciennes activités, uniquement préoccupée de servir son pays, et rien que son pays. Elle a réussi sa sortie en partant la tête haute, sans se retourner et verser dans les débats futiles de recours devant la Cour suprême. Une Cour qui se déclare d’ailleurs toujours incompétente ! En lisant entre les lignes, nous venons d’avoir la confirmation que cette Cour aux ordres ne pouvait en fait agir autrement que selon le bon vouloir du Prince : « Je m’abstiendrai de saisir la Cour suprême pour excès de pouvoir car, son Premier Président qui est sensé recevoir mon recours, est en désaccord avec l’OFNAC, parce qu’il s’abstient de faire sa déclaration de patrimoine comme du reste vos Ministres, Conseillers », dit-elle, avant d’ajouter : « Quand je vous en ai rendu compte, vous m’avez demandé de le laisser tranquille, alors qu’il est assujetti à la déclaration de patrimoine en sa qualité d’ordonnateur, dont les opérations annuelles dépassent le montant d’un milliard de F.CFA fixé par la loi n°2014-17 au 02 avril 2014 relative à la déclaration de patrimoine ».

Voilà la preuve de la collusion dans notre  pays entre tous ceux qui sont censés respecter la Loi et donner ainsi l’exemple, et faire respecter la Loi et y veiller, mais qui se moquent de la Loi, et des Institutions qu’ils ont créées pour veiller à la bonne Gouvernance et à l’application des principes de la gestion sobre et vertueuse  qui leur est chère, en leur qualité de défenseur publiquement déclaré  du principe de la patrie avant le parti !

Macky qui a sans doute senti la moutarde lui monter au nom, à mesure que l’odeur pestilentielle des cafards déterrés par Nafi Ngom Keita empestait jusque dans les appartements de Maréme, a ainsi pris la décision de la limoger, en toute illégalité. Mais Macky fait peu cas des lois même celles qu’il fait voter personnellement, surtout s’il s’agit des intérêts politico-financiers de son camp.

En parfait dealer ayant certainement la conviction que même l’honneur, la dignité et la probité morale des fonctionnaires avaient un prix, il a proposé éhontément un deal à la brave Nafi Ngom Keïta qui lui a répondu avec courtoisie et élégance républicaine, avec toute la retenue qui sied  malgré son dégoût profond devant tant de vilénie : « J’ai respectueusement décliné les propositions de nomination aux fonctions de Ministre, Ambassadeur, Commissaire de l’UEMOA, Vice-gouverneur de la Banque centrale, que vous avez eu l’amabilité de me faire les 24 et 28 novembre 2015, et le 10 mai 2016, en échange de mon départ de l’OFNAC » !

Et comme le soldat de Napoléon sur le pont Henri 4 décidément incorruptible, elle refuse de se faire la complice silencieuse du pillage en règle de nos deniers publics, et elle demande à Macky de « signer le décret la remettant à la disposition de son corps d’origine, l’Inspection générale d’Etat.»

Belle leçon d’exemplarité servie à tous les citoyens nommés par Macky et qui se croient redevables de lui, au point de se faire les complices actifs ou passifs de tout acte en conflit avec la morale, ou nos lois.

L’acte que  Mme Nafi Ngom a posé avec vista s’appelle DEVOIR D’INGRATITUDE.

Une leçon sue et jamais appliquée malheureusement, par nos soi disantes élites !

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R