« La vision économique que SEM Macky Sall devrait adopter » selon Idrissa Seck

Albert Einstein l’un des plus grands scientifiques de la planète disait : «Si vous ne pouvez expliquer un concept à un enfant de 6 ans, c’est que vous ne le comprenez pas complètement», d’où la nécessité pour tous les hommes politiques d’avoir la capacité d’expliquer leur vision économique de la manière la plus simple possible à nos concitoyens, preuve qu’ils comprennent parfaitement ce qu’ils disent au contraire de ceux qui cachent leur incompétence dans la complexité.

Le président Idrissa a fait récemment une sortie à travers l’émission politique SEN JOOTAY sur la SENTV. De cette émission que je conseille à tout le monde de regarder, j’ai retenu que la vision économique du président est claire et nette et que la déclinaison a été simplifiée pour que tous les Sénégalais puissent le comprendre.

Dans cette contribution, je reviens sur cette vision économique limpide.

Aujourd’hui, le pouvoir se targue que le taux de croissance est à 6.5%. Le président Idrissa nous dit que cette croissance peut même être à 8 % mais que les Sénégalais ne le sentiront pas car la structure actuelle de l’économie fait que cette croissance est soutenue en particulier par le secteur des télécommunications, la banque, l’assurance… Ceci, par fait que ce sont les entreprises étrangères qui détiennent ces secteurs. Ce qui fait que tous les efforts actuels du gouvernement seront au bénéfice d’autres pays, car ces entreprises vont exporter l’argent qu’ils ont gagné au Sénégal dans leur propre pays. Mais le gouvernement se cache dans la complexité et la polémique des chiffres pour tromper nos compatriotes qui ne vivent pas de chiffres.

Ce diagnostique fait, la démarche qu’il faut avoir quand on dirige le pays est à deux volets :

Le premier volet : Mettre beaucoup d’énergie sur le secteur primaire et le secteur informel.

Le secteur primaire  emploie  plus de 50% de la population active et contribue à 17,5% du PIB. Le secteur informel est le principal pourvoyeur d’emplois et la première source de revenus dans le pays. On estime que sa valeur ajoutée représente 10,7% du PIB. Des millions de ménages au Sénégal  tirent l’ensemble ou une partie de leurs revenus en gérant une structure informelle. Le petit commerce, l’artisanat… relèvent pour l’essentiel de l’économie informelle. Donc, il faut mettre les efforts en priorité sur le secteur primaire et le secteur informel, car la majorité des Sénégalais trouvent leurs revenus dans ces secteurs.

Il faudra faire en sorte que les acteurs de ces secteurs exercent leurs professions dans d’excellentes conditions pour augmenter leur productivité et ne pas les laisser exercer dans une très grande précarité (abris fortuites, manque d’eau et d’électricité…). Les systèmes de financement informels (usuriers, tontines, etc.) doivent être appuyés par l’Etat. Il faut aussi accompagner les acteurs de ces secteurs en les formant à la comptabilité, l’entreprenariat et la gestion d’entreprise. Ces formations peuvent se faire à travers des séminaires pour une meilleure gestion de leur business car la plupart des acteurs du secteur informel ont été faiblement scolarisés avec en moyenne 2,8 années d’études.

Ces actions permettront à des millions de sénégalais d’augmenter leur source de revenu, ce qui les poussera à investir pour se construire des maisons et faire tourner l’économie par la consommation. La baisse des denrées de premières nécessités  sera aussi faciliter car les activités du secteur primaire et le secteur informel sont exclusivement tournés vers le marché intérieur pour la satisfaction des besoins et la consommation quotidienne des ménages.

Le deuxième volet : Préparer la jeunesse et le Sénégalais en général

La vraie force d’une nation dans le monde actuel est la qualité et la formation de sa main d’œuvre. La priorité du président Idrissa sera de faire en sorte que le Sénégalais parvienne à avoir une parfaite maitrise des nouvelles technologies, de l’industrie, de la finance, de l’énergie, des grandes constructions par la maitrise de l’ingénierie du génie civil. Aujourd’hui pour construire des stades, des aéroports même pour des bâtiments, nous faisons appel aux entreprises étrangères.

Avec des formations de pointe couplés à de la recherche scientifique, les Sénégalais pourront créer de grandes entreprises dans ces différents domaines et vendre leurs services de pointe partout dans le monde avec le soutien de l’Etat qui fera leur promotion. Par ailleurs, la disposition d’une main d’œuvre hautement qualifié permettra aussi à des milliers d’entreprises de venir s’installer au Sénégal du fait de l’attractivité de notre main d’œuvre qualifiée. C’est en ce moment  et seulement en ce moment que notre pays pourra bénéficier de la richesse qui viendra de ces secteurs. Pour ces raisons le président Idrissa souhaite œuvrer pour que le Sénégal dispose des meilleures universités d’Afrique.

Le président Idrissa souhaite aussi généraliser ce qu’il a fait pour Thiès avec un  programme intitulé « Une Région 100 milliards ». Cinquante milliards seront consacrés aux infrastructures et 50 milliards entièrement dédiés au financement de l’entreprenariat notamment féminin et à l’accompagnement des jeunes porteurs de projets.

Voilà de façon très simpliste la vision économique que notre leader Idrissa Seck a expliquée durant l’émission.  Cette vision fixée, les détails et l’exécution exigent de la part de ceux qui les mettront en œuvre une discipline sans faille.

Même si SEM Macky Sall venait à adopter cette vision, il n’aura pas cette discipline car il fait de la politique politicienne. Le président Idrissa, lui reste un homme d’Etat et a  la rigueur qu’il faut pour bien mener et mettre en œuvre cette vision.

A nous rewmistes de nous approprier cette vision pour d’abord, l’expliquer de la manière la plus simple aux Sénégalais et ensuite, nous doter des capacités pour aider et accompagner le président dans l’accomplissement de sa volonté qui reste la meilleure option pour le Sénégal, car elle va résoudre les problèmes qu’il faut gérer dans l’urgence et elle propose une vision dans le long terme.

Ameth Diallo

Coordonnateur de Rewmi Paris

mohamadouamidou@gmail.com