La société civile demande des comptes sur les protocoles de Doha et Rebeuss

Les différents protocoles, en l’occurrence celui de Doha concernant le chef de l’Etat Macky SALL et le candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds), Karim Wade, ou encore celui de Rebeuss, mettant en exergue l’ancien président, Abdoulaye Wade, et son ex-premier ministre, Idrissa SECK, doivent tous être tirés au clair. Mieux, après les déclarations de Me Ousmane SEYE, un des acteurs du «protocole de Rebeuss», sur l’existence d’un document attestant le «deal» pour la libération d’Idrissa SECK, le procureur de la République doit se saisir de l’affaire. c’est la conviction de la société civile sénégalaise, notamment Amnesty international section sénégalaise, par la voix de son Directeur exécutif, Seydi GASSAMA sur les ondes de la Rfm, ainsi que du secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), Aboubacry MBODJ, tout comme du côté du Forum du justiciable, en la personne de son président, Babacar BA.