La route Kaolack-Fatick…Plus de 16 milliards pour des travaux de 42 Km de tronçon lancés par le PM

C’est une route que j’ai pratiqué en Novembre 2015. Un vrai calvaire. La route avant travaux de Bara Tall, qui était un calvaire, est de loin préférable à la situation de Novembre 2015. L’autre calvaire que vit la totalité du peuple sénégalais, c’est la torture de leur journalistes qui s’échinent, à chaque fois, à nous ancrer dans le cerveau, au forceps, ce qui n’existe pas en réalité.
Revivons ce qu’ils nous forçaient à avaler.
1/ En Décembre 2014, et pour le lancement des travaux par le PM, avec forte mobilisation de militants transportés en Ndiaga Ndiaye.
« » » Kaolack LANCEMENT DES TRAVAUX DE RECONSTRUCTION DE LA ROUTE KAOLACK-FATICK 16,4 milliards, 18 mois pour construire 42 kilomètres de contentieux.
La route Kaolack Fatick, longtemps considérée comme une épine au pied de l’état, sera sous peu un mauvais souvenir. Le premier ministre Mouhamed Boun Abdallah Dionne a présidé hier la cérémonie de lancement des travaux de reconstruction de ce tronçon long de quarante deux(42) kilomètre.
Ils étaient nombreux à la place cœur de ville de Kaolack pour accueillir le premier ministre. Dès les premières heures de l’après-midi, militants et populations se sont donnez rendez-vous au centre-ville pour accueillir un de leur fils, le premier Mouhamed boun Abdallah Dionne. Arborés de brassards, de pancartes, de t-shirts, les militants ont réservés un accueil chaleureux au premier ministre. Artiste et chanteur se sont relayés sur scène pour revisiter, toute la diversité culturelle du Saloum. Ils ont chanté, dansé pour manifester leur joie sur le lancement des travaux de reconstruction de la route Kaolack Fatick. Accueillie par le maire de la ville, Mariama Sarr, le premier ministre à la tête d’une forte délégation composée du ministre du renouveau urbain, de l’habitat et du cadre de vie, Diène Farba Sarr, du ministre des sports, Matar Ba, du ministre des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, Mansour Elimane Kane et devant une foule excitée a rassurée les populations meurtries par l’état de dégradation très avancée de cet axe. Long de quarante deux(42) kilomètre, le tronçon Fatick-Kaolack a longtemps fait l’objet de polémique entre Jean Le Févre Sénégal et l’état du Sénégal. Pendant des années les usagers ont peinés sur cette route. Aujourd’hui, le jour tant attendu par les populations est arrivé. Financé à hauteur de 16,4 milliards par l’état du Sénégal, les travaux de reconstruction de ce tronçon vont durer dix huit(18) mois et permettront le rapprochement des capitales telles que les corridors Dakar-Bamako, Dakar-Conakry et Dakar-Bissau. Vêtu d’un grand boubou blanc, le premier ministre du haut de sa tribune a reconnu les retards notés dans la réhabilitation de cet axe. » » »
Kaolackois.com
2/ Les travaux ainsi pompeusement lancés, le silence total a suivi jusqu’en juillet 2015 sans commencement. Pour des travaux prévus pour durer 18 mois. Et c’est en ce moment que leurs journalistes sont encore activés. ET comme des forgerons, il fallait encore taper, taper et encore taper dans le cerveau du petit peuple. Le Soleil, nous force encore à retenir ceci, en Juillet 2015:
La route Fatick-Kaolack se termine
INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES :
Les travaux de l’axe Fatick-Kaolack en pleine exécution
La reconstruction du tronçon de la Nationale 1, qui relie Kaolack à la capitale du Sine sur une distance de 42 kilomètres environ et dont les travaux avaient été lancés par le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne, ont effectivement démarré.
Ils sont bien là les gros engins de l’entreprise adjudicataire, positionnés à l’entrée du village de Gamboul, preuve inéluctable que la réfection, pour ne pas dire la reprise de l’axe Kaolack Fatick qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, a effectivement démarré après près d’une dizaine d’années d’attente.
Il est dix huit heures, moment de récupération et de repos pour la centaine d’ouvriers et d’ingénieurs qui viennent de boucler une journée de travail sur ce vaste chantier. La structure, décapée, a déjà reçu des tonnes de latérite sur une distance de près de 20 kilomètres. D’ailleurs, nous avons été obligés d’emprunter la voie de déviation spécialement aménagée et qui, sur une distance de 24 kilomètres, va de Kaolack à Gandiaye. Un parcours plus ou moins contraignant, en attendant la fin des travaux qui permettra à ce tronçon de retrouver toute sa splendeur et son dynamisme de corridor international, déversant sur plusieurs pays de la sous région. « » »
Mamadou CISSE Le Soleil
A chaque fois qu’un citoyen se hasardera à confronter leurs productions médiatiques avec la réalité, la déception sera grande. Mais ils n’en ont cure. La règle, le principe, pour eux, est de fermer les yeux et de répéter. Le Sénégalais doit désormais vivre un monde virtuel. Un monde que la presse des 100 est chargé de fabriquer et d’installer dans le cerveau de tout sénégalais. Les sénégalais vivent actuellement la torture mentale pour leur imposer l’acceptation d’une fausseté érigée en valeur républicaine et dans cette fausseté il y est peint un joli rôle pour le pouvoir des légionnaires.
Xème, forumer