La présidentielle de 2017 ou 2019 est la préoccupation des leaders politiques calculateurs pro ou anti Macky

2017 ou 2019 ne devrait point être la préoccupation des partis politiques de la coalition benno bokk yaakaar ou de l’opposition radicale, décidés réellement à solliciter les suffrages des Sénégalais et à se dresser contre le candidat- président Macky SALL. Naturellement si pour les uns, la vocation de tout parti politique est de conquérir le pouvoir, alors la question du temps ne pose guère, pour les autres aussi, opposants radicaux et irréductibles au président Macky SALL, deux ans de plus ou de moins devrait plutôt être la préoccupation du candidat Macky SALL. Cette levée de boucliers de certains leaders de partis politiques cachent une stratégie politicienne qu’il est facile de comprendre : pour les uns, la définition claire de la date de la présidentielle permet de fixer temporairement le compagnonnage avec le président Macky SALL dans la coalition Benno Bokk Yaakaar, probable poursuite ou fin du jeu de yoyo et pour les autres, il s’agira soit d’accélérer la cadence et de mettre les bouchées doubles ou de lever le pied sur l’accélérateur et économiser l’argent volé, là aussi, stratégie d’opposants préoccupés par l’élection et non pas par les préoccupations des sénégalais à travers une participation quotidienne au débat national et républicain. 2017 ou 2019 est donc la préoccupation de politiciens paresseux et calculateurs, ce n’est point une revendication républicaine.
Tout de même et vu la constitution pour reprendre les juges, la date de la présidentielle est fixée en février 2019 et ça tout le monde le sait. Sinon ʺLES TOUCHE PAS A MA CONSTITUTIONʺ peuvent attaquer le candidat –président Macky SALL Le feront-ils, WAIT AND SEE. !
Toute la problématique résulte certes de la volonté affirmée et réaffirmée du président –candidat Macky SALL de diminuer son mandat de 7 à 5 ans. Une telle initiative devant passer par un referendum dont l’issue est pour le moins incertaine. Dans l’un comme dans l’autre des cas et en dépit de la déclaration du ministre de l’intérieur qui a au moins la date des élections législatives fixe, la question de la date de la présidentielle ne devrait pas être autant viciée et contaminée par notre opposition. Dans l’unisson et le calme démocratiques caractéristiques de notre peuple, le président Macky SALL devait être encouragé, félicité et accompagné par l’opposition et la coalition Benno, afin que cette ambition démocratique affichée se réalise pour administrer encore une fois à la face du Monde, une leçon de démocratie achevée où l’élection devient une simple étape dans la vie de notre nation et non une fin. Il est évident que les menaces, roupettes, gesticulations et autres jérémiades d’une opposition uniquement préoccupée par le siège au palais, ne changeront ni l’agenda du Président Macky SALL encore moins sa détermination de respecter son engagement puisque autant pour 2017 que pour 2019, il ne s’agira point d’une violation constitutionnelle, caractéristiques du régime précédent.
Cheikh NDIAYE
Porte parole APR GRAND YOFF
Conseiller Municipal
Dakar, le 10 Decembre 2015

2 Comments

Les commentaires sont fermés.