La CPI présidée par le ministre Sidiki Kaba va-t-elle poursuivre Macky pour crimes contre l’Humanité ?

Le Sénégal risque de se retrouver devant la Cour pénale internationale (Cpi) pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre pour avoir décidé de prêter main forte à l’Arabie Saoudite. Dans cette lancée, la Raddho s’étonne du fait que “le Sénégal qui préside, par l’intermédiaire de son ministre de la Justice, l’Assemblée générale des Etats parties à la Cour pénale internationale (CPI), soit complice d’une situation qui est susceptible d’être qualifiée en théorie de crime d’agression, prévu par l’article 8 bis du Statut de Rome, même si au demeurant, cette disposition n’est pas encore entrée en vigueur”. Elle invite dès lors Macky Sall et ses lieutenants à plus de vigilance dans le respect du Droit international public, ainsi que du Droit international humanitaire.