La Cour Suprême inflige à Karim Wade sa première gifle…Il est condamné à payer une somme de 200.000 FCFA

Le Premier président de la Cour suprême a rendu, hier, une ordonnance pour rejeter la requête de récusation faite par les avocats de Karim Wade à l’audience du 6 août dernier contre le juge Amadou Bal. En sus de voir sa requête rejetée, Karim Wade est condamné à payer une amende de 200.000 Fcfa, informe «L’As».
Interpellé sur les motifs invoqués par les avocats de Karim Wade, le juge Amadou Bal a répondu à la Cour suprême qu’il a bien déclaré que «ceux qui ont abusé des deniers publics rendront compte à tout prix». Des propos tenus en sa qualité de Directeur de cabinet, représentant Mme le ministre de la Justice, absente.
Cependant, ajoute-t-il, il n’a jamais accordé d’interview à un journaliste sur l’affaire Karim Wade, n’a jamais sollicité l’appui d’institutions dans le cadre de la traque des biens mal acquis et n’a jamais coordonné de réunion dans l’affaire Karim Wade. Bref, jure-t-il, il n’a jamais rien connu de l’affaire Karim Wade, ni reçu des rapports liés à ce dossier.
Ousmane Diagne, le représentant du ministère public, ajoute qu’en tant que Directeur de cabinet, le juge Bal n’a fait que relayer les positions et décisions du ministre. Les points de vue qu’il rend public ne sont pas ses opinions personnelles.
Par conséquent, Ousmane Diagne estime que la requête de récusation doit être rejetée.
Dans sa décision, la Cour suprême a rejeté la requête de récusation du juge Bal, estimant que la preuve d’impartialité doit être faite par des éléments objectifs, l’appréhension devant être objectivement justifiée et non subjectivement ressentie. Selon la Cour, la requête repose essentiellement sur de simples affirmations, appuyées par la photocopie d’un article de presse. Ce qui est insuffisant pour écarter un juge d’un dossier.

2 Comments

  1. Dans sa décision, la Cour suprême a rejeté la requête de récusation du juge Bal, estimant que la preuve d’impartialité doit être faite par des éléments objectifs, l’appréhension devant être objectivement justifiée et non subjectivement ressentie. VOILA LA JUSTICE DU GROS LARD MACKY, quand ça les arrange elle raisonne bien, mais le cas contraire, elle se refugie derrière un pseudo souveraineté. Comme si les faits reprochés à Karim WADE ont été matériellement justifiés. Cette justice sous Macky a poussé le ridicule jusqu’à remettre en cause l’authenticité de l’acte notarial au Sénégal au profit du quand dira t-on.

  2. Un Président de la Cour Suprême juge un conflit dans lequel un membre de la cour qu’il a affecté à ce poste est partie. Dans quel pays on est????? Remplacer un juge récusé est une preuve d’une bonne administration de la justice. Il ne devait même pas y avoir de jugement. Il suffisait simplement de le remplacer.

Les commentaires sont fermés.