La CNRA épingle la RTS pour diffusion des images d’une extrême violence sur Hissène Habré

COMMUNIQUE
Le CNRA appelle les médias audiovisuels à accorder une attention  et un soin tout particulier au choix des images et propos à diffuser à l’antenne.

Dans la perspective de la tenue du procès de l’ancien Président du Tchad, Monsieur Hissein HABRE, le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel avait rendu public un avis daté du 07 avril 2015 et un communiqué du 19 juillet 2015, appelant les médias audiovisuels à se conformer strictement au cadre qui réglemente dans notre pays le traitement des affaires pendantes devant les juridictions.

Malgré ces mises en garde, la RTS, dans son journal de 20 heures du 07 septembre 2015 et dans celui de 13 heures du 08 septembre 2015, a diffusé des images d’une extrême violence qui portent atteinte à l’honneur, à l’intégrité et à la dignité de Monsieur HABRE dont les droits ont été ainsi bafoués.

Le CNRA appelle la RTS à prendre la pleine mesure de ses responsabilités dans la diffusion des images relatant ledit procès. L’exclusivité de captation des audiences et des enregistrements accordée à la RTS, lui fait obligation d’endosser la responsabilité de tout ce qui sera diffusé par elle-même tout comme par les chaînes qui reprennent son signal.

Le CNRA invite l’ensemble des éditeurs de médias à respecter les droits et la dignité de Monsieur Hissein HABRE qui, jusqu’à l’issue du procès, jouit de la présomption d’innocence, ainsi que ceux de toutes les parties au procès, en accordant une attention et un soin tout particulier au choix des images à diffuser à l’antenne.

Par ailleurs, les émissions « LIICI REEWMI » de la SEN TV du 02 septembre 2015 et « OPINION » de WALFADJRI du 06 septembre 2015 ont servi de tribunes pour des attaques personnelles par des propos outranciers, injurieux et irrévérencieux, entre personnalités publiques. En certaines de leurs séquences, ces entretiens s’écartent de la bonne conduite de l’interview qui postule que le journaliste en soit maître plutôt que de laisser libre-cours aux dérives de l’invité dont la verve est attisée par des questions-relances du journaliste et/ou la passivité de ce dernier, ouvrant la voie aux dérives outrancières.

…/…
La dimension éducative de l’activité médiatique devrait constituer un baromètre d’appréciation de l’opportunité de diffusion de propos de cette nature. L’effet amplificateur du vecteur audiovisuel expose le public de tous âges à des discours aux antipodes des valeurs de dignité, d’intégrité, et d’honneur de la personne humaine.

Les responsables de ces différents organes de presse ont reçu du CNRA des observations visant à leur rappeler l’impérieuse nécessité de s’acquitter, dans l’exercice de leur office, des obligations de rigueur.

Le CNRA engage les responsables audiovisuels à s’abstenir de relayer des propos susceptibles d’exposer leurs auteurs et ceux qui les véhiculent à des sanctions pénales et administratives.
Le CNRA encourage les éditeurs à privilégier la conception de contenus conformes aux stipulations des cahiers de charges et au cadre légal et réglementaire qui régit l’activité audiovisuelle.
L’Assemblée des Conseillers du CNRA

2 Comments

  1. C’EST TOUT SIMPLEMENT DE LA CENSURE ET DE L’INTIMIDATION.
    UNE OFFENSE À NOTRE INTELLIGENCE.
    UNE LIMITE DE VOTRE INTELLIGENCE.

  2. À devoir respecter la dignité de L’accusé, c’est la justice Senegalais.

Les commentaires sont fermés.