La CENA prend encore le ministre de l’Intérieur la main dans le sac…

La Commission électorale nationale autonome (CENA) dénonce ‘’très fermement’’ la présence d’une équipe d’instruction de la Carte nationale d’identité (CNI) dans un lieu privé et ‘’s’inquiète de l’impact que de tels procédés ’’peuvent avoir sur l’opinion et le caractère transparent du processus électoral’’.

Des informations ont récemment état de ‘’la présence d’une équipe du ministère de l’Intérieur dans une concession privée à Pikine Nord afin de procéder à l’instruction de la CNI’’.

Dans un communiqué reçu à l’APS, jeudi, la CENA souligne qu’après ‘’enquête de la Commission électorale départementale autonome (CEDA) de Pikine et interpellation des différents protagonistes, il a été constaté qu’effectivement, l’équipe d’instruction de la CNI était installée le 18 juin 2015 dans un lieu privé’’.

La CENA ajoute que l’enquête complémentaire ‘’menée par la CEDA de Pikine a permis de constater que la commission itinérante d’instruction de la carte d’identité nationale s’est effectivement installée’’ dans les lieux suivants.

Le communiqué cite ‘’le siège de l’APR à Dalifort où le maire est étiqueté PS, le siège de l’APR à Guinaw Rails Sud où le maire est étiqueté PDS, la mairie de Diamaguène Sicap Mbao où le maire est étiqueté APR, la mairie de Pikine Ouest où le maire est étiqueté APR, la Maison de la Femme à Yeumbeul Nord’’.

La CENA ‘’s’émeut de tels procédés dans le cadre de l’instruction de la CNI et s’inquiète de l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’opinion et le caractère transparent du processus électoral’’.

‘’Bien que ne contrôlant pas, dans le cadre de sa mission, la confection des cartes nationales d’identité’’, la CENA précise dans le texte, que cette pièce d’identification ‘’est exigée au moment de l’enregistrement sur les listes électorales et lors du vote’’.

La CENA assure qu’elle ‘’veille à ce que les autorités administratives respectent toutes les formalités, surtout en ce qui concerne le choix des lieux abritant les commissions d’instruction de la CNI, si elles sont itinérantes’’.

Elle ‘’dénonce donc très fermement ce qui s’est passé dans les communes citées ci-dessus et appelle le ministère de l’Intérieur à éviter de tels manquements, préjudiciables à la bonne transparence dans le processus électoral’’.

La CENA ‘’souhaite que la création de toute commission d’instruction de la carte nationale d’identité fonctionnant de manière itinérante obéisse à une formalité de publicité de sorte, d’une part, à éviter des polémiques ou des accusations de manipulation et, d’autre part, à permettre à tous les citoyens intéressés de pouvoir s’y accéder librement’’.

Elle estime que les commissions itinérantes ‘’doivent obligatoirement siéger dans des lieux publics accessibles à tous les citoyens’’.