La belle et la bête au tribunal…Aminata Tall et Mamadou Massaly soldent leur compte devant le juge

C’est à la date du 11 février 2016 que Mouhamadou Lamine Massaly sera fixé sur son sort à la suite du procès qui l’oppose à Aminata Tall, présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese) qu’il avait eu à taxer de « prostituée politique » lors d’une émission diffusée sur la 2Stv. L’affaire a été jugée, hier, à la barre du tribunal où le leader de la « Jeunesse wadiste » devait répondre des délits d’injure et diffamation. Interrogé sur les faits, Massaly déclare qu’il n’a pas injurié la « ndawsi », expliquant que chacun à sa façon de voir les choses. Selon lui, il expliquait que « ce n’est pas la peine de répondre à des sortes de personne qui transhument, changent de famille politique. Sur ce, je n’ai fait que répondre à ses provocations ». Malgré ces déclarations, le parquet s’en est rapporté à la décision du tribunal.
Quant à Me Abdou Dialy Kane, avocat de Massaly, son client n’a fait qu’exprimer le sens de sa pensée et du point de vue du droit, il n’y a pas d’injure dans ses propos. Il ajoute que son client agissait dans le cadre d’une polémique politique et dans ce domaine, la jurisprudence évolue dans le sens libéral. Ainsi Me Amadou Sall dans sa plaidoirie note que si Aminata Tall a pris son chemin, c’est son droit le plus absolu. Il a aussi soutenu que c’est Aminata Tall qui a tiré, en premier, dans une diatribe célèbre que les jeunes du Pds n’ont pas à courir derrière le vieillard qu’est le Secrétaire général du Pds et que Massaly n’a fait que répondre dans les mêmes circonstances. Alors, conclut-il, ils sont au même pied. Les avocats de Massaly demandent ainsi la relaxe pure et simple de leur client. Le tribunal a mis l’affaire en délibéré au 11 février 2016.