Khalifa Sall va parler le 9 janvier…Sur sa candidature à l’élection présidentielle de 2017

Le maire de Dakar préside, le 9 janvier prochain, une manifestation de la 10ème Coordination du Parti socialiste (Ps) dont il est le responsable. La rencontre sera une tribune pour Khalifa Sall, selon L’Observateur, de parler politique. Ce qu’il n’a pas fait depuis plusieurs mois.
La candidature du maire de Dakar à la prochaine présidentielle est agitée, depuis quelques mois, pour ne pas dire quelques années. Des responsables socialistes et même de simples Sénégalais voient en Khalifa Sall, le potentiel candidat du Parti socialiste (Ps) pour ces joutes. Seulement, l’intéressé n’a jamais évoqué le sujet. Khalifa Sall a, jusqu’ici, opté pour le silence, gros de toutes les interprétations possibles. Mêmes si son conseiller politique, Moussa Taye, invité par Mamoudou Kane à la Tfm, semble avoir vendu la mèche. « Je souhaite que mon parti se détermine, que mon parti ait un candidat, que Khalifa Sall soit son candidat ». Un discours qui dévoile ainsi l’ambition cachée du Secrétaire national à la vie politique du Ps de briguer le suffrage des Sénégalais. Ce à quoi s’ajoutent les déclarations publiques des mouvements de soutien au maire de Dakar qui annoncent leur volonté de porter une candidature de leur mentor. Mais, aucune de ces agitations n’a fait réagir Khalifa Sall. Et même au-delà de son éventuelle candidature, Khalifa Sall est resté silencieux sur beaucoup d’autres sujets.

Depuis très longtemps, le maire de Dakar refuse de commenter des sujets politiques. Déjà, au dernier congrès du Ps, alors que beaucoup de Sénégalais s’attendaient à sa candidature pour succéder à Ousmane Tanor Dieng à la tête du Parti socialiste, Khalifa Sall, de manière surprenante, ne s’était pas présenté. Pis, il n’avait donné aucune explication. Ce, malgré les remous et autres problèmes qui avaient accompagné le renouvellement des instances du Ps avec, notamment, le cas Aïssata Tall Sall qui avait affronté Ousmane Tanor Dieng, pour le contrôle du Parti. Les attaques de certains de ses camarades, contestant sa candidature, n’ont pas, non plus, réussi à faire sortir Khalifa Sall de sa réserve. Idem pour le débat sur l’affaire Lamine Diack. Accusé d’avoir bénéficié de l’argent de Lamine Diack, en tant que candidat à mairie de Dakar en 2009, Khalifa Sall n’a pas daigné réagir. « J’ai dit que lorsque je suis en Conseil municipal, je ne parle pas de politique. Mais, je tiens à souligner que si j’ai une chose à dire, je le dirai le moment venu, à la place où ça doit se dire », avait-il dit au dernier conseil municipal. Peut-être que la rencontre de la 10ème Coordination du Ps, le 9 janvier 2015, sera le moment et l’endroit idéal pour parler politique.