Khalifa Sall : « Qu’on m’arrête à la place de mes jeunes »

À la place des jeunes socialistes réputés proches de lui et son neveu convoqués dans le cadre de l’enquête sur le saccage de la salle du Bureau politique du PS en mars dernier, le maire de Dakar, Khalifa Sall, invite la Dic à l’auditionner.

Sur les ondes de la Rfm, l’édile de la capitale s’est « livré » aux policiers. Il dit : « Ces jeunes qui sont traqués se réclament tous de moi, donc qu’on m’appelle. Si on me convoque, je viens parce que les vrais responsables c’est nous. Ces jeunes, quel que soit ce qu’on leur reproche, ils étaient venus défendre une cause et ils se réclament de moi. Je suis prêt à répondre devant la police et la justice. Qu’on m’appelle et qu’on les laisse tranquilles. »