Khalifa Sall défie Tanor et Macky : « S’ils sont courageux… »

Les soutiens de Bamba Fall et Cie, placés sous mandat de dépôt dans le cadre de l’enquête sur les violences survenues au siège du Ps le 5 mars dernier, ont tenu un rassemblement hier, vendredi 10 février à Gibraltar. Une occasion saisie par le maire de Dakar, Khalifa Sall, pour interpeller la direction du Ps ainsi que le pouvoir en place qu’il accuse d’être derrière cette affaire.

« L’emprisonnement de Bamba Fall et compagnie ne nous fera pas taire. Emprisonnés ou libres, ils défendront leurs convictions jusqu’à la mort. Dans ce pays, personne n’a plus le droit de parler. Dans quel pays sommes-nous ? Le débat contradictoire est une exigence. On est dans un pays de liberté, de démocratie, dans un pays où les gens tiennent à exercer leur droit et leur liberté. La démocratie, c’est la contradiction. Il n’y a qu’un juge ici, c’est le peuple. », a-t-il dit selon Vox Pop.

Très en verve, l’édile de la capitale enfonce le clou : « S’ils sont courageux, ils n’ont qu’à arrêter les crocs-en-jambe, les intimidations et descendre sur le terrain. Un débat de projet, de vision, de programme. C’est ça le combat. L’emprisonnement, l’intimidation, c’est l’arme des faibles. » Khalifa Sall qui n’en a pas fini d’ajouter : « On ne leur donnera pas cette faveur (se révolter). Quand notre parti doit aller devant la justice pour régler notre problème, nous avons mal, et nous ne pouvons l’accepter. Ce pays ne doit pas être dans la peur et dans la crainte de donner son opinion. »

Partager

Laisser un commentaire