Khalifa Sall accusé d’etre le commanditaire des troubles au Parti Socialistes…Une réunion pour le sanctionner

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, plébiscité le week-end dernier par ses camarades socialistes devant Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti socialiste et les caciques de ladite formation politique, est pointé du doigt par quelques-uns de ses pairs qui le prennent pour principal responsable des perturbations notées à la rentrée de l’école du parti. Son comportement, lors des ovations de ses inconditionnels, a provoqué la colère de Cheikh Seck.
« Khalifa Sall est l’instigateur de tout cela. C’est irresponsable, parce que ceux qui le font se réclament de lui et de son entourage. Il fait de la manipulation, car il sait qu’il n’a rien au PS. Quand ces jeunes criaient, il était là en train de rire, c’est de l’irresponsabilité », a asséné, Cheikh Seck, au cours d’un échange téléphonique avec « Le Quotidien ».
Fidèle allié de Ousmane Tanor Dieng, il a souligné qu’« il n’y a jamais eu de plébiscite en faveur du maire de Dakar », mais qu’il est plutôt question, dans cette histoire, d’« agissements de jeunes indisciplinés qui n’ont même pas l’âge de voter ». « Le PS compte 138 coordinations. Vous n’avez pas vu un secrétaire général de coordination, une présidente de mouvement national des femmes, un secrétaire général de jeunes ou de la jeunesse féminine, entre autres, dire qu’il souhaite la candidature de Khalifa Sall », dit-il.
Le député d’inviter Khalifa Sall à avoir « le courage » de déclarer sa candidature. « Instrumentaliser des jeunes pour venir proclamer sa candidature, c’est de l’indiscipline politique. Cela ne grandit ni ses auteurs ni ses instigateurs », a estimé M. Seck. Il a invité les instances du PS à sanctionner Khalifa Sall pour « son attitude irresponsable ». D’ailleurs, une réunion du Secrétariat exécutif national (Sen) du PS est prévue ce mercredi et elle risque d’être chaude.