Karim Wade, un candidat qui ne fait plus peur…Il vit dans une utopie ubuesque…

Le PDS prétend que c’est Karim Wade qui est son candidat, prolongeant autrement la dévolution monarchique du pouvoir qui a perdu son père. Venu au PDS après l’élection de celui-ci qui le prit comme le plus doué de tous, devenu richissime en un temps record après être bombardé de mille Ministères à la fois, Karim Wade ne montre aucun signe d’un leader ou d’un candidat prêt à faire face à tous et à tout pour faire revenir un PDS si affaibli au pouvoir.

Nul ne peut lire en lui l’éclatante vaillance des braves combattants qui ont fait le parti et personne ne peut promettre en lui ce qu’il voyait du père. Il ne fait apparaitre aucune combativité. Il déserte le champ politique et ne se prononce sur rien, se dérobant par d’abouliques appels téléphoniques identiques aux vagissements d’un naufragé.

Mais cette comédie est de mauvais goût, le personnage principal étant drôle et facétieux.

A quelques mois des Législatives à partir desquelles se présage la Présidentielle, il se vautre ailleurs, menant par procuration un pseudo combat nébuleux par le biais d’un PDS velléitaire dont il épie, rasant les murs, les résultats de ses deals avec le pouvoir. Au-delà de la question de nationalité, il n’inquiète personne car sa défaillance publique et son anémie politique le disqualifient. Les candidats aux Législatives et à la Présidentielle sont déjà dans l’arène, une arène dont lui Karim, ignore la configuration. Retourner à la dynamique unitaire, comme celle lancée par Pape Diop est la solution.

Pape Ndiaye