Karim Wade le nouveau maître du PDS…Après Wade, c’est lui Wade-fils devenu grand…il maîtrise tout

Karim est présenté comme étant le successeur biologique ou légitime de Me Abdoulaye Wade. L’ancien Ministre des infrastructures et de la coopération internationale, détenu politique, continue à dérouler sa mission et, à poser des actes à caractère d’un vrai chef. Même, dans les liens de la détention, Karim Wade, tient les commandes du parti démocratique sénégalais. Rien ne l’échappe depuis sa cellule de Rebeuss où, il manifeste l’engagement de ne pas laisser sa formation politique sombrer dans la léthargie.
Les politiciens qui s’activent à la conquête du pouvoir sont loin d’être de même calibre. Certains sont dynamiques et très réactifs. Tandis que d’autres ne font que rebondir sur l’orientation de la mouvance. Ils prennent rarement d’initiatives.
Seulement, il y’a dans le lot d’autres politiques, des absents très présents. C’est le cas de Karim Wade qui continue à poser des actes dehors. Du moins, c’est le constat ces derniers temps. Même, privé de liberté, il reste à l’heure actuelle, la personnalité la plus populaire du parti démocratique sénégalais, dont certains pensent déjà qu’il doit être le candidat favori pour les prochaines élections présidentielles.
Très concerné par les remous qui secouent actuellement la formation libérale et depuis sa cellule à Rebeuss, rien n’échappe au candidat des libéraux, Karim Wade pour la prochaine présidentielle. Devant cette crise qui a secoué le parti démocratique sénégalais ces derniers temps, Karim Wade, a manifesté son engagement, consistant à ne pas laisser sa formation politique sombrer dans la léthargie.
Il joue le rôle d’un chef qui veut maitriser sans bruit ses troupes, avant l’assaut. Conscient que l’heure est au rassemblement et non à la division et aux querelles inutiles, il se démarquerait ainsi, de toute action tendant à diviser, voir affaiblir le Pds, en perspective de la prochaine élection présidentielle. Il reçoit à cet effet, les concernés depuis la citadelle du silence.
D’abord, il reçoit le groupe de Diagne Fada avant d’épouser les lignes tracées par « les frondeurs» du Pds dans le cadre de la réorganisation du parti. Dans cette logique, il a calmé le jeu au niveau et freiné en même temps les ardeurs, constatée au sein de la formation libérale.
Et, il décline une démarche pour additionner et renforcer sa personnalité. Karim ne serait-il pas, en train de chercher l’unanimité au sein de sa personne ? Tout porte à le croire, car il reçoit le chef des frondeurs pour justifier qu’il n’est pas en conflit avec Modou Diagne Fada comme l’ont fait penser certains, en raison du mémorandum brandi, il y’a quelques jours pour la refondation du parti démocratique.
A cette occasion, le fils de Me Wade et candidat des libéraux, confie avoir déjà fini son programme de développement qu’il va proposer aux Sénégalais, lors de la campagne électorale. Et, sur un ton ironique, il lance : « Macky Sall m’a permis de finir mon programme de développement que je vais proposer aux Sénégalais».
Une manière d’imposer son leadership, mais aussi d’affirmer sa légitimité. Aujourd’hui contre ou pas, force est de reconnaître que Karim Meissa Wade tient les manettes du Pds et son caractère de leader devient de plus en plus ancré chez les libéraux, même les frondeurs avec les jalons de commande qu’il pose déjà. Seneplus