Karim Wade est libre de partir et venir…Et la grâce n’efface rien

Critiquer la libération de Monsieur Karim Wade à travers une grâce présidentielle, c’est ignorer le fonctionnement d’un État et le pouvoir discrétionnaire que notre constitution confère au Chef de l’Etat.
Encore une fois la grâce présidentielle n’enfreint en rien les chefs d’accusations et la saisie des biens des personnes condamnées.
Monsieur Karim Wade a été interpellée jugée et condamnée à 6 ans de prison ferme. Après avoir purgé la moitié de sa peine, le chef de l’Etat décide d’élargir la grâce à Monsieur Karim Wade comme il l’a déjà accordée à 7193 personnes et voilà que certains s’indignent.
En dehors de sa liberté d’aller et venir et de retrouver ses parents amis et enfants, rien n’a changé…Il reste coupable aux yeux de la justice et remboursera jusqu’au dernier centime les sommes dues à l’état du Sénégal.