Karim peut-il se présenter en 2019 ? Le ministre de la Justice répond

Karim Wade vient de bénéficier d’une grâce présidentielle après 3 ans d’emprisonnement. Me Sidiki Kaba, ministre de la Justice, a fait face à la presse pour apporter des précisions sur les conditions de cette libération. Il a profité de l’occasion pour également porter la réplique à ceux qui pensent qu’il aurait été emprisonné pour mettre fin à ses ambitions présidentielles. « On a dit c’est tout simplement, parce que le président en a peur.

Mais quand même ! Faites les calculs. S’il devait purger toute sa peine, c’est le 17 avril 2019 qu’il devrait être libéré. L’élection présidentielle a lieu en février 2019, pourquoi alors prendre le risque de libérer un candidat éventuel dont vous aurez peur. Sachant en tout cas, qu’il a trois ans pour préparer sa campagne et venir vous attaquer. Le débat ne se situe pas à ce niveau-là », a-t-il dit.

Et de poursuivre. « Maintenant, les supputations, on voudrait bien les faire, on ne peut empêcher personne de le faire. Mais la réalité, elle est ce qu’elle est. Elle signifie tout simplement que des gens ont bénéficié d’une mesure de grâce. S’ils ont des ambitions politiques qu’ils les appliquent. C’est le peuple souverain du Sénégal qui décidera. Alors par avance, on ne sait pas qui sera le choix des Sénégalais.

Et celui qui voudrait le faire, et comme vous parlez de Karim Wade, on a des institutions judiciaires, notamment le Conseil constitutionnel, en son temps, examinera toutes les candidatures. Et alors, les personnes qui remplissent les conditions évidemment iront pour conquérir le suffrage des Sénégalais. Il est certain que des réponses seront apportées en ce moment précis », indique le Garde des Sceaux.