Situation politique à Bignona… Le calme avant la tempête.

Depuis 2012, on assiste à une recomposition progressive de la scène politique à Bignona. La nouvelle majorité née de l’alternance de 2012 résiste mais elle est très instable tandis que les nouveaux opposants se cherchent encore. Entre les deux, il y a ceux qui peuvent aller avec l’un ou l’autre camp et c’est justement ce 3ème pôle qui brouille l’atmosphère politique. Personne ne peut dire avec qui il pourra aller en alliance aux prochaines élections tellement il y a trop d’écart entre les lignes. L’APR constitue la formation majoritaire mais avec son Benno Bokk Yakaar variable d’une élection à une autre. Ici, les alliés lors d’une élection peuvent devenir des adversaires dans six mois. Cela prouve la nature superficielle des alliances basées sur des personnes au détriment des idéaux de chaque parti. Les partis membres de la mouvance présidentielle se sont presque tous scindés en plusieurs morceaux aux derniers élections, les locales notamment. Certains partis ont jugé dérisoire la part que l’APR les a réservée. L’APR, elle-même, était divisée. De l’autre côté, c’est le PDS qui mène la danse face à la majorité. Il a eu moins de  problème. Mais les choses ont changé entre temps avec la création de la CDD, le mouvement politique de Mamadou Lamine Keita devenu la cible principale de ses camarades du parti démocratique. Plusieurs questions sont soulevées. L’APR réussira-t-elle face à sa maladie nationale caractérisée par les querelles internes? Il y a de quoi s’y attendre vue sa composition et son fonctionnement actuel.  Autre interrogation, c’est le camp que va choisir Lamine Keita et sa CDD, lui qui a tendu sa main à Macky lors du lancement du mouvement. S’il ne va pas avec l’APR, ce qui est impensable pour le moment connaissant le passé des deux formations, le PDS acceptera-t-il de se battre aux côté de son « enfant banni »? Ça aussi c’est de l’improbabilité. L’UCS de Baldé fort à Ziguinchor et moyen à Oussouye peine à percer à Bignona. Donc les prochaines élections seront l’occasion pour le Maire de Karthiack patron local de faire ses preuves. Que dire alors des autres partis comme l’UFD du député Tété Diédhiou, du RSD de Robert Sagna ainsi que du PS, de la LD, AJ entre autres? Le mouvement « Burabé » bien que plus présent dans la commune de Sindian, aura son mot à dire de même que le MODEL dirigée à Bignona par Gnima Sonko. Autant dire que les prochaines semaines seront mouvementées car chacun voudra se positionner pour avoir, au moins, un des deux sièges attribués au département de Bignona à l’Assemblée nationale.

L.BADIANE pour Xibaaru.com

Partager

Laisser un commentaire