« Il y a un vide politique au PDS après l’exil de Karim Wade au Qatar

Selon Moussa Diaw, analyste politique, « Il y a un vide politique au sein du PDS après la grâce de Karim Wade »…Interrogé par nos confrères de Sud Quotidien, l’analyste politique décrypte le PDS après l’élargissement de Karim Wade et son exil au Qatar : « Il est vrai qu’on a satisfait la revendication cardinale, qui est celle de la libération de Karim Wade. En plus, l’opposition reste encore divisée. Le Parti démocratique sénégalais (Pds) est éclaté en plusieurs mouvements et il leur manque un leader. La candidature de Karim Wade a été, à mon avis, une stratégie de lutte pour sa libération. Le problème, c’est qu’après, il n’y a pas une continuité de cette stratégie qui consistait d’abord à le sortir et à cristalliser l’opposition, dans son ensemble, autour de cet enjeux. Maintenant qu’il y a libération et que Karim Wade est à l’extérieur, c’est un autre problème. L’opposition a du mal à s’organiser, à se structurer. Et puis, le Pds manque de leader parce qu’on n’entend plus Abdoulaye Wade. Parce que son problème numéro 1 consistait à faire libérer son fils. Maintenant qu’il y a une sorte d’entente tacite entre le Pds et l’Apr, les attaques se sont amenuisées. Ce qui est explique une certaine léthargie au niveau de l’opposition, même si quelques mouvements essaient de s’organiser pour parer à toutes éventualités. Mais, quand on regarde l’ensemble de la configuration, on se rend compte qu’il n’y a pas de dynamique ni interne, ni stratégique pour les prochaines échéances. Donc, il y a de sérieux problèmes au niveau de l’opposition, particulièrement au sein même du Pds. Faut-il continuer à croire à une candidature de Karim Wade, même s’il est à l’extérieur et qu’il bénéficie de la part de l’opinion une image favorable de victime qui, a tort ou à raison, a été libéré ? Si on se situe dans une perspective de lutte politique, il va falloir s’organiser. Parce qu’un parti politique, c’est la conquête du pouvoir. A ce niveau là, il y a qu’en même matière à faire. Parce qu’il y a un vide politique au niveau du Pds et cela n’augure pas un avenir pour un parti qui aspire à revenir au pouvoir. »