Ibrahima Sène du PIT : « Khalifa Sall ne pèse rien dans le PS »

« Khalifa Sall ne pèse pas grand chose sans l’appareil du PS ». Dans un entretien paru dans Le Populaire de ce lundi, Ibrahima Sène du PIT est revenu, sur le cas Khalifa Sall qui n’est pas à minimiser. Il a essayé de le réduire et trouve qu’il ne représente pas grand chose.

À la question de savoir si le pilote de la capitale peut renverser Macky Sall, il dit : « Pour cela, il faut qu’il règle son problème avec son parti. S’il n’a pas la majorité du PS, je pense qu’il risque de connaître le même sort qu’Idrissa Seck. » Encore Idy? On s’acharne sur sur visiblement

1 Comment

  1. C’est la plus grosse arnaque, la plus grosse tromperie du siècle que de faire croire à Khalifa Sall qu’il ne vaut rien sans le PS. Bien au contraire, le PS pourrait s’avérer être un poids à même de plomber au sol les chances de Khalifa, d’une part, du fait de son passé de 40 ans au pouvoir que les socialistes laissent leurs adversaires présenter comme un échec complet ayant ruiné le pays. D’autre part, Khalifa Sall a besoin d’imprimer son identité, d’une formation politique dont il a un leadership et une marge de manoeuvre complets, ce que la rigidité de l’organigramme du PS ne lui permet pas, vu qu’il en est un simple membre ou presque.

    C’est complètement faux de présenter Khalifa Sall comme incapable de suivivre politiquement hors du PS etnon n’a pas besoin de gymnastique intellectuelle pour le voir ! En 1948, Senghor a quitté la SFIO pour fonder le BDS et remporter les élections, Wade a quitté le PS (pour être correct, l’UPS) de Senghor pour créer son parti le PDS et gagner les élections en 2000. Bien que très connu des cercles intellectuels et politique, Wade était inconnu du grand public sénégalais avant 1974. Et pourtant, il a su choisir de grands hommes engagés dans toutes les régions et les coins reculés du pays pour rendre populaire le PDS dès sa création. Macky Sall est le cas le plus frappant ! Complètement inconnu du public sénégalais, presque sans aucune expérience de « politicien », il sort de nulle part pour être balancé à la figure des sénégalais après 2000, plus précisément vers 2002-2004 lorsqu’il le petit ingénieur de l’institut des sciences de la terre de l’UCAD devenu ministre entre temps, est passé ami de Karim fils du président. Et 4 ou 5 ans plus tard, il crée son propre parti (en réalité un mouvement, qui l’est toujours d’ailleurs) et en environ 3 ans d’opposition et de travail acharné à la base, il devient président du Sénégal, alors qu’on pensait qu’il n’avait aucun poids, à part quelques adeptes de sa ville Fatick.

    En dehors de ces cas de réussite totale, le paysage politique sénégalais a été et continue d’être animé par des grands, qui un jour, sont arrivés à maturité, en ont pris conscience, ont crée leur parti à partir de rien, « d’aucun poids prétendu » et qui ont fait une longue, brillante carrière politique. Ils ont donc réussi leur carrière politique et imprimé leur nom dans l’histoire du pays, même s’ils n’ont jamais été élus président de la république.

    Tout comme Wade, Senghor, Macky, des politiciens comme Djibo Ka, Robert Sagna, Moustapha Niasse, Amath Dansokho, Abdoulaye Bathily, Idrissa Seck, Abdoulaye Baldé, … et maintenant Malick Gackou, ont tous crée leur parti, souvent à partir de « rien », en quittant leur formation politique de départ.

    Et ça continuera tant que la démocratie sera en bonne santé au Sénégal.

    Pourquoi Khalifa Sall serait-il le seul au monde à ne pas survivre hors de sa formation de départ ? Pourquoi Khalifa Sall serait-il totalement incapable de monter une formation politique et d’aller convaincre les sénégalais ? Je pense qu’à la limite, c’est une insulte que de dire cela. Quel est le but de toutes ces déclarations de ces supposés « connaisseurs » qui crient partout que Khalifa Sall ne vaut rien sans le PS ? Qu’il est le seul au monde et en particulier de toute l’histoire du Sénégal, totalement incapable de s’organiser pour continuer sa carrière politique ?

    Que cherchent ces gens ? A convaincre Khalifa Sall qu’il ne doit pas se présenter ? Ont-ils peur de Khalifa Sall ?

    C’est à Khalifa Sall de décrypter ce message. Il n’a plus rien à gagner au PS. Soit il récupère le PS pour retrouver le pouvoir, soit il crée sa propre formation, ou coalition pour se lancer vaillamment à la conquête du pouvoir. Une chose est sure, ce n’est pas le PS qui fait vendre, c’est plutôt le nom de Khalifa Sall…

    Ce que Khalifa Sall doit faire c’est s’engager concrètement de façon que cela soit clair aux yeux de tous les sénégalais. Il doit s’organiser, aller à la rencontre de TOUS les sénégalais pour leur présenter son projet pour le Sénégal. Dakar ne suffit pas, il faut TOUT le Sénégal et la diaspora. Il doit travailler sans relâche pendant les 2 ans et demi environ qui nous séparent de février 2019, comme Macky lui-même l’avait fait, pendant 3 ans, de 2009 à 2012. Il doit surtout rencontrer tout le monde, rester à l’écoute de tous, se montrer disponible et proche. Il doit aussi discuter d’alliances avec ses pairs. Ca paie forcément à la fin. Au pire des cas, il aura une force politique, imprimée à son propre nom qui lui permettra d’exister politiquement après 2019.

    L’erreur qui risquerait d’être fatale à Khalifa Sall, serait de perdre du temps à attendre jusqu’à un an des élections pour n’utiliser que la campagne électorale pour se présenter aux sénégalais. Là, même avec le PS de Tanor, il risquerait une humiliation. Oui Khalifa Sall peut battre Macky, ,mais à condition de se mettre au travail sans relâche tout le reste du peu de temps qui lui reste.

Les commentaires sont fermés.