Grève à Rebeuss : Les précisions du directeur de l’Administration pénitentiaire

Pour clore le débat suscité par la grève de la faim des prisonniers de Rebeuss, mettre les points sur les i, le directeur de l’Administration pénitentiaire, le colonel Daouda Diop, a pris la parole. Première précision : le transfèrement de trois détenus de Rebeuss à la prison de Thiès n’a rien à voir avec le mouvement d’humeur des pensionnaires de « 100 m ». « Il s’agit de détenus qui ont enfreint le règlement intérieur qui régie la vie intérieure de la prison, celle de Rebeuss notamment », informe-t-il.

Selon Daouda Diop, le premier a été pris en flagrant délit de vol, le deuxième soupçonné de complicité dans une affaire de téléphones portables découverts dans une cellule tandis que le troisième aurait insulté un garde. Ils ont été sanctionnés bien avant la grève. Deuxième précision : ce ne sont pas 1700 détenus qui ont observé une grève de la faim. « Ce chiffre est largement exagéré », d’après le directeur de l’Administration pénitentiaire.

Qui indique que lorsque les revendications des grévistes ont été soulevées, il a convoqué ses services pour s’y pencher. À l’heure actuelle, soutient Daouda Diop, « la situation est sous contrôle ». Troisième précision : l’Administration pénitentiaire a bien le droit de transférer un détenu. « Dès l’instant qu’un détenu est placé sous mandat de dépôt, sa gestion quotidienne relève de la compétence de l’Administration pénitentiaire qui, bien entendu, opère sous le contrôle des autorités judiciaires, précise le colonel Diop. Dans ce cadre, l’Administration pénitentiaire prend toutes les mesures qu’elle juge utiles pour préserver la tranquillité à l’intérieur d’un établissement pénitentiaire. »

(Source : L’Observateur)