Forcing d’Aliou Sow : le Pds a le droit de demander à l’Assemblée de le destituer…Il n’est plus membre du Parti

Le remplacement du député démissionnaire, Me Ousmane Ngom, à l’Assemblée nationale continue de soulever beaucoup de controverses dans l’espace politique sénégalais. Interpellé hier sur cette affaire par nos confrères de la Rfm, Ndiogou Sarr, Docteur en droit, a indiqué que l’Assemblée nationale ne peut pas d’emblée dire que «telle personne ne peut pas remplacer Me Ousmane Ngom du seul fait qu’il a démissionné de son parti». Pour lui, cette affaire n’est pas celle de l’Assemblée nationale.

De l’avis de M. Sarr, il y a deux procédures sur cette question. «La première, c’est le remplacement prévu par la loi. La deuxième, c’est que le Pds a le droit de demander à l’Assemblée de destituer le remplaçant parce qu’il a eu à quitter le parti», clarifie le Docteur en droit, non sans indiquer «qu’il n’y a même pas débat à ce niveau»

Aux yeux du Juriste, la loi prévoit que le démissionnaire soit remplacé par le suppléant. Cette même loi, fait-il observer, stipule que «si aujourd’hui un député démissionne de son parti, il perd le mandat, car on estime qu’il a obtenu le mandat par le biais d’une liste ou d’un parti».