Fatou Sène, à l’origine de la «destitution» de Aïda Mbodj : «Personne n’est derrière l’acte que j’ai posé»

La conseillère municipale de la commune de Bambey, qui est à l’origine de la destitution de Aïda Mbodj de la tête du Conseil départemental de localité, balaie d’un revers de main les «allégations» qui consistent à dire, comme le pense la libérale, qu’elle a été «influencée». A l’endroit des personnes tiennent de telle «accusation», Mme Sène lance : «Ceux qui disent qu’il y a des gens derrière l’acte que j’ai posé racontent des contrevérités. Il n’en est rien. Et je n’ai aucun problème avec Aïda Mbodj. Même si nous ne sommes pas dans le même parti, nous n’avons jamais eu de problèmes. J’ai la conscience tranquille (…) Je n’ai fait que mon devoir en posant cet acte citoyen. J’ai dénoncé une situation qui, à mes yeux, était anormale…» dit-elle dans les colonnes du journal «Le Populaire»

Elle affirme avoir constaté l’absence de Aïda Mbodj à chaque session du Conseil municipal de la commune de Bambey. «Lorsqu’on procédait à l’appel nominatif, on citait son nom. Mais, elle était toujours déclarée absente. Cela m’a intriguée et j’ai voulu en sa voir plus. Et je me suis demandé comment elle pouvait être à la fois député, conseillère municipale et présidente du Conseil départemental de Bambey. C’est alors que j’ai procédé à des vérifications et j’ai saisi le ministère de tutelle pour dénoncer ce cumul qui est interdit par le Code des collectivités locales qui dit clairement que nul ne peut cumuler plus de deux postes électifs», justifie-t-elle.