En Arabie Saoudite, Mankeur Ndiaye affiche la fermeté du Sénégal face à l’Iran pour le respect de la convention de Vienne

Réunion extraordinaire de l’OCI…Mankeur Ndiaye toujours ferme contre l’Iran
Du haut de la tribune de la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de coopération islamique (Oci), Mankeur Ndiaye, chef de la diplomatie sénégalaise s’est fait ferme contre l’Iran. Le Sénégal, dira-t-il à l’endroit de l’Iran, « s’associe à l’injonction de respecter pleinement ses obligations internationales en matière de protection des bâtiments et édifices diplomatiques installés sur son territoire ». Une position qui procède du respect par notre pays au « principe intangible du droit international et de la souveraineté des Etats et du fonctionnement autonome de leurs institutions politiques et judiciaires ».
Faisant allusion aux attaques des missions diplomatiques de l’Arabie saoudite en Iran, Mankeur Ndiaye rappellera que « ces actes violents vont à l’encontre des conventions de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques, et de 1963 sur les relations consulaires ». Le ministre des Affaires étrangères a également réitéré « les liens indéfectibles » entre le Sénégal et l’Arabie saoudite et renouvelé le soutien total et fraternel (de Macky Sall) à Sa Majesté le Roi Salman Ben Abdelaziz Al-Saoud, Serviteur des deux Saintes Mosquées ». En concluant son propos, Mankeur Ndiaye a affirmé que le « Royaume d’Arabie Saoudite saura toujours compter sur le soutien sans faille de la République du Sénégal », puis il a appelé « à une désescalade de la tension dans la région » et promis de maintenir la tonalité de ce discours de fermeté le mardi 26 janvier prochain, à New York, à l’occasion du débat public ministériel organisé par le Conseil de Sécurité sur la situation au Moyen orient et sur la question palestinienne.

Xibaaru vous donne l’article 22 de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques qui parle des « Locaux de la Mission »:

Article 22
1. Les locaux de la mission sont inviolables. Il n’est pas permis aux agents de l’Etat accréditaire d’y pénétrer, sauf avec le consentement du chef de la mission.
2. L’Etat accréditaire a l’obligation spéciale de prendre toutes mesures appropriées afin d’empêcher que les locaux de la mission ne soient envahis ou endommagés, la paix de la mission troublée ou sa dignité amoindrie.