El Hadji Kassé baratine les sénégalais

El Hadj Hamidou Kassé, ministre-conseiller en communication à la présidence de la République, exhorte à faire confiance au chef de l’Etat et à se soumettre à son initiative sur un éventuel élargissement de l’ancien ministre d’Etat Karim Wade.

‘’Faisons confiance au chef de l’Etat et soumettons-nous à son initiative, notamment à la procédure qu’il aura choisie pour l’élargissement de Karim Wade, comme il le fait pour d’autres détenus en général’’, a-t-il indiqué dans une contribution publiée récemment par Le Quotidien, un journal du groupe privé Avenir Communication.

M. Kassé, philosophe de formation et ancien directeur général du Quotidien national Le Soleil, propose au total sept éléments de clarification sur un éventuel élargissement de Karim Wade.

Karim, fils de l’ancien président de la République Abdoulaye Wade et ancien ministre d’Etat, a été condamné en avril 2013 par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) à une peine de 6 ans de ferme et à 138 milliards d’amende pour enrichissement illicite.

‘’Malgré la pression au niveau national et international, la procédure concernant Karim Wade a été menée sans faiblesse coupable. Les droits du mis en cause ont été scrupuleusement respectés. L’Etat a été rétabli dans ses droits, le verdict l’atteste sans ambages. Le reste relève de l’histoire dans son versant épisodique’’, affirme M. Kassé.

‘’Après le temps de la justice (…), souligne-t-il, le chef de l’Etat a la prérogative de grâce que lui confère la constitution. Il l’exerce en toute discrétion. Il le fait d’ailleurs en des occurrences qui relèvent de son pouvoir discrétionnaire.’’

M. Kassé explique la raison qui sous-tend la volonté du chef de l’Etat de gracier l’ancien ministre d’Etat en ces termes : ‘’C’est en toute souveraineté que le président de la République a envisagé l’élargissement de Karim Wade. Ni manifestation, ni interventions intempestive n’ont dicté sa posture.’’

‘’C’est d’une détermination tout à fait interne et autonome, sur la base de raisons à sa discrétion qu’il a parlé de l’élargissement possible de Karim Wade. D’où l’évidence qu’il n’y a aucun règlement de compte politique’’, a-t-il soutenu.

Selon lui, l’élargissement de Karim Wade ‘’est une question indépendante du dialogue national qui a été envisagée par le président de la République lors de la campagne référendaire’’.

‘’L’élargissement de Karim Wade ne remet nullement en cause l’option du président de la République pour la bonne gouvernance. Plus que jamais, le Sénégal est dans un processus de renforcement de ses instruments de gouvernance pour la transparence et l’efficacité des politiques publiques au service des intérêts exclusifs des populations’’, a-t-il assuré.

‘’Il est indiqué en ce sens à chaque séquence et les expériences qui la ponctuent d’évaluer les dispositifs existants et au cas échéant, de s’adapter pour plus d’efficacité et de performance’’, a poursuivi M. Kassé.

 

Auteur: Aps – APS