El Hadj Kassé traité d’intellectuel défroqué…En voulant défendre le frère du Prési

EL HADJ HAMIDOU KASSE, L’INTELLECTUEL DEFROQUE

Notre cher El Hadj Hamidou Kassé vient de commettre un article fétide, qui montre la déchéance morale et intellectuelle d’un homme qui vient lamentablement d’échouer à défendre Aliou Sall et à protéger son frère de président, tout en jetant l’opprobre sur le lanceur d’alerte Abdoul Mbaye.
Que c’est dur de défendre l’indéfendable, surtout si l’on est formé au moule d’un sophisme dont l’éloquence repose sur une conviction profonde parfaitement cernée et techniquement maitrisée qui en nourrit la verve et permet d’exprimer avec pertinence son point de vue.
Mais quand le sentiment exprime le contraire de ce l’on fait dire à son intellect, parce que l’on a refusé d’adopter  le silence, quand l’on parle, l’on se trahit, El Hadj Hamidou Kassé!
Et malheureusement, on obtient le contraire de ce que l’on voulait : aujourd’hui votre soliloque navrant est une preuve de plus de la culpabilité de Macky Sall dont vous avez cherché, en commettant l’ellipse de pas les citer, à cacher tous les actes qui auront mis Aliou Sall au cœur de notre pétrole, en le plaçant sur orbite, par le moyen de décrets qui cachent mal un délit d’initié ouvrant la porte à une affairisme d’Etat conduisant irrémédiablement au grand banditisme, et à la délinquance financière.

Ce n’est pas la faute d’Abdoul Mbaye ni les fantasmes des sénégalais qui ont conduit un de ses partenaires roumains en prison pour deux ans dans son pays, après qu’il a eu le temps d’exporter ses talents chez nous, en signant des contrats avec notre pays, via les plus hautes autorités qui les dirigent et dont vous avez cherché à nier vainement  la culpabilité flagrante dans la gestion cupidement affairiste de notre pétrole, qui est bien  devenue une affaire de famille.

Puisque vous êtes dans les arcanes du pouvoir pour vous autoriser d’un coup de plume à nier l’évidence qui pend à votre œil comme une poutre tellement vous êtes proche des acteurs de cette mal gouvernance éhontée, vous auriez pu aussi nier que l’affairisme d’Aliou Sall, qui l’a conduit du pétrole vers la banque, a contaminé M. Diaw, le Conseiller si spécial de votre patron, qui après les hydrocarbures, s’est lancé à la suite d’Aliou Sall vers la banque.

Quand je vous lis en train d’évoquer avec tellement de justesse « l’odeur du pétrole qui  monte dans la tête du banquier » ce sont ces messieurs que je vois, M. Kassé, eux qui sont passés justement du pétrole … à la banque !

Quand vous parlez de celui qui « n’a connu que l’argent », je pense automatiquement à Monsieur Diaw et à tous les milliardaires qui s’agitent autour de votre patron, et en l’espèce son nouveau milliardaire de frère, qui est dans tous les « calculs froids »,  et dont  « les sombres coups sans état d’âme, les inavouables jeux d’intérêts personnels et les montages financiers » avec sa complicité sont si grossiers et révoltants que toute la classe politique sénégalaise s’est mobilisée comme un seul homme, avec la société civile, pour réclamer justice auprès de l’OFNAC, dont la patronne vient justement d’être limogée, pour avoir regardé de trop près ses affaires !
Votre sortie, M. Kassé, consacre votre échec dans la stratégie de communication que vous avez élaborée et qui s’avère inopérante! Si votre patron est conséquent avec lui-même, il devrait vous remercier, aujourd’hui.

Quand vous nous parlez sans ciller de « l’Etat du Sénégal et son Chef, respectueux de toutes les initiatives pour la transparence (…) » vous faites pitié, M. Kassé et nous ne savons si nous devons en rire, ou en pleurer, quand nous constatons combien l’intellectuel que nous admirions pour sa pertinence et son honnêteté intellectuelle est tombé bien bas.
Votre chronique sonne tristement comme le chant du cygne du grand intellectuel que vous avez été, avant de vendre votre âme en défendant désormais l’indéfendable.
Je vous plains, cher Monsieur Kassé, car vous n’aurez même pas la grâce de mourir avec vos idées!

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R