Diop Decroix corrige Idy et annonce un…

Alors que le président de Rewmi, Idrissa Seck soutient mordicus que la libération de Karim Wade relève d’un «deal international », Mamadou Diop Decroix, estime, lui, que l’élargissement de Wade Fils est plutôt le fruit d’un cocktail de pressions d’ici et d’ailleurs que le président Sall ne pouvait plus supporter. Le coordonnateur du Front patriotique pour la défense de la République (FPDR) relève cinq éléments : notamment la lutte de l’opposition depuis 2012, les pressions des autorités religieuses, du groupe de travail des Nations unies, la plainte de Karim Wade à la Cour d’appel de Paris, la situation sociale difficile marquée par des crises dans tous les secteurs tels que  l’éducation, la santé. Sans occulter le résultat du référendum et l’intervention de certains chefs d’État étrangers comme l’émir du Qatar. Le secrétaire général de l’AJ/Pads a aussi reconnu que la sortie de Idy a fini par créer un malaise au son sein de l’opposition. D’où la nécessité d’un code de conduite prochainement