Dionne corrige Abdoul Mbaye sur les 90 milliards : « Pas de taxes, pas de chèques… »

Le Premier ministre a réaffirmé, mardi à dakar, la volonté du gouvernement d’inscrire son action et particulièrement l’exploitation des ressources pétrolières et gazières dans la transparence, soulignant au passage que l’opinion sénégalaise a le droit d’être informée sur ces questions.

« Les Sénégalais ont le droit savoir, de comprendre pour ne pas être la cible de manipulation (…) », a dit Mohammad Boune Abdallah Dionne dans une déclaration à la presse après différentes sorties de responsables de l’opposition faisant état de nébuleuse dans l’exploitation des ressources pétrolières au Sénégal.

En août, l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye avait demandé au chef de l’Etat la publication des contrats miniers et pétroliers. En réponse, l’actuel chef du gouvernement avait indiqué que le prochain rapport ITIE (initiative pour la transparence dans les industries extractives) qui sera publié le 16 octobre 2016 traitera de l’ensemble des dispositions prises par le Sénégal pour « régler dans le respect des standards internationaux » la question de la publication de ces contrats.

De son côté, l’inspecteur des Impôts et des Domaines, Ousmane Sonko, récemment radié de la Fonction publique avait déclaré que le Sénégal s’est privé de 90 milliards de francs CFA d’impôts dans le cadre des contrats d’exploration.

Au sujet de l’opération de cessation de titres entre Timis et Kosmos Energy, Dionne a relevé qu’aucune taxe n’était exigible.

« Timis a contacté le marché et Kosmos a répondu. Timis cède ses droits et ses devoirs, qui sont des engagements de travaux, à Kosmos. Kosmos s’est engagé avec l’Etat du Sénégal son obligation de travaux à 250 millions de dollars, contrairement aux 100 millions de dollars conclus avec Timis Corporation », a expliqué le PM.

Selon lui, Kosmos qui investit 250 millions de dollars pour faire deux puits supplémentaires afin d’étendre ses recherches sur 7000 km², « ne va pas le faire » ni gratuitement, ni pour l’Etat, Petrosen et Timis.

Mohammad Dionne a soutenu qu’il n’y a pas de chèque venant de Kosmos vers Timis. « Ce sont des obligations de travaux, des investissements que Kosmos va faire pour 250 millions de dollars. Et c’est cela qui existe. C’est une plus-value qu’on taxe, mais pas un engagement de travail. Ce sont des engagements de travaux qui ont été cédés », a-t-il expliqué.