Des partis d’opposition disent niet à l’augmentation du nombre des députés à…160

L’augmentation du nombre de députés au Sénégal à 160 risque d’installer, à nouveau, le pays dans une polémique sans précédent. Pour cause, certaines forces de l’opposition, en l’occurrence la coalition de partis de l’opposition, dénommée Entente des forces de l’opposition (Efop), a exprimé son désaccord contre toute idée d’augmentation du nombre de parlementaires, actuellement à 150. Au sortir d’une réunion de la conférence des leaders de l’Efop hier, mardi 12 juillet, le leader du Mouvement des patriotes pour le développement (Mpd),  Aliou Sow, porte-parole du jour a fait savoir que «la position de la conférence des leaders de l’Efop est de vous dire que nous sommes contre l’augmentation du nombre de députés à 160». Comme argument, l’ancien ministre de la décentralisation sous Wade a indiqué que l’opinion publique n’a jamais été pour des dépenses exagérées dans un pays confronté à de nombreux défis. Pour lui, «150 députés, c’est déjà trop».

Cependant, levant toute équivoque sur leur adhésion à l’idée d’accorder des députés à la diaspora sénégalaise, Aliou Sow dira que leur coalition soutient la création de postes de députés de l’étranger. Ce faisant, la coalition a proposé que «les 10 députés dédiés à nos compatriotes à l’étranger, soient prélevés sur les  listes départementales majoritaires». En termes clairs, le leader du Mpd propose en réalité que le nombre de députés affectés aux listes départementales soit réduit au profit des parlementaires de l’extérieur. Ce faisant, Efop est d’avis que cela permettra d’avoir des listes paires au niveau des départements. Cela, «en vue de permettre enfin d’avoir une Assemblée nationale paritaire, ou tout au moins plus proche de la parité».