Des Alliés de Benno en colère contre Macky Sall…L’APR a tout raflé comme aux Locales

L’investiture des membres de Benno Bokk Yakaar sur les listes pour l’élection des 80 Conseillers devant rejoindre les 70 autres à nommer n’a pas fait que des heureux au sein de cette coalition. Loin s’en faut.

La coalition de coalitions qui est Bby regroupe multitudes de leaders de partis et leurs partisans qui, desservis jusqu’ici, aspirent enfin à voir leurs efforts récompensés par un poste au niveau de cette institution.

Malheureusement, nombre d’entre eux se sont vu ravalés à des postes de simples suppléants sur les listes. On peut citer de nombreux exemples comme Bambey où l’Alliance pour la République a fait preuve d’une boulimie électorale qui a laissé pantois les alliés.

Or, si l’on en juge par le rapport des forces en présence au regard des résultats des dernières locales, nombre de ces alliés de l’Apr avaient le droit légitime d’aspirer à être investis en pole position. Malheureusement, les leaders de l’Apr semble tellement jouer son va-tout pour caser les mécontents ô combien nombreux, qu’ils n’ont pas mis de gants pour ménager la susceptibilité des uns et des autres.

Du coup, la coalition s’est même réunie dans la semaine pour, en des termes à peine voilés, exprimer son mécontentement et rappeler à l’ordre le patron de la coalition, Macky Sall himself.

Pourtant, ils sont nombreux à être dans tous leurs états sans pour autant l’exprimer publiquement. Certains même envisagent de boycotter les rencontres de la coalition. C’est dire jusqu’à quel point le torchon brûle entre membres de la coalition et ceux de l’Apr.

Il faut dire que ce n’est pas nouveau. Lors des locales, les mêmes frustrations avaient été notées. Des membres de Bby se sont affrontés jusqu’à introduire des recours en justice comme se fut les cas de Podor et de Dindi.

C’est dire que, comme on l’a toujours soupçonné Bby est un géant aux pieds d’argile. Même s’il est vrai que c’est la plus durable coalition de l’histoire du Sénégal, il n’en reste pas moins qu’il ne sera pas surprenant qu’il y ait encore des départs comme on l’a noté de par le passé. Beaucoup de partis comme Rewmi, le Fsdb-j, le Mpcl, etc. ont quitté la barque. Les mêmes raisons qui ont les poussé à la porte continuent de prévaloir.

Il nous semble d’ailleurs que nous venons d’assister à la frustration de trop. Aucun parti politique n’acceptera en effet de s’allier aux législatives avec des gens qui risquent de les placer bien loin derrière dans des listes auxquelles ils ne seront pas associés à la confession.
Si le président Sall ne redresse pas la barre, il ne sera pas étonnant de voir, en 2017, des alliés faire cavalier seuls ou aller vers d’autres coalitions ou listes.
Nous sommes en politique. Chacun prêche pour sa chapelle. C’est pourquoi, il est bon de tenir compte du poids électoral réel des partis quand il s’agit de faire des investitures. Et ce n’est que logique.

1 Comment

  1. NE CHERCHER PAS DE PROBLEME LA OU Y’A PAS DE PROBLEME ,TANOR EST UN HOMME D’ETAT .

Les commentaires sont fermés.