Déçu par la deuxième alternance Me Mame Adama Guèye tire sur le régime de Macky Sall

Après 48 heures passées à Saint-Louis, la plateforme politique Avenir «Senegal bi ñu bëgg» est plus que convaincue de l’urgence de faire émerger de nouveaux leaders politiques porteurs d’une ambition saine pour leur pays et réceptifs aux attentes des Sénégalais.
Dans l’ancienne capitale où ils ont séjourné pour promouvoir leur projet politique de rupture consistant à bâtir et à proposer aux Sénégalaises et Sénégalais une alternative politique crédible, les membres fondateurs de la plateforme ont tiré sur les deux alternances connues sous l’air Macky Sall et Abdoulaye Wade. «Nous avons connu douze ans d’alternance sous l’air Abdoulaye Wade et trois ans sous l’air Macky Sall. Mais toutes ces alternances ont été des occasions ratées », a déclaré, Me Mame Adama Guèye, hier, lors d’un point de presse organisé avec les journalistes de la région de Saint-Louis. Poursuivant son propos, il ajoute : « Notre pays, après 55 ans d’indépendance, est toujours resté stagnant sur tous les plans ». Le régime de Macky Sall et surtout ses ministres pléthéoriques n’ont pas été épargnés par les missiles de l’avocat. « Nous avons des ministres qui ont eu comme premier emploi, ministre, ce qui est déplorable. Notre pays a tout ce qu’il faut pour être un pays républicain, mais, il reste beaucoup à faire. On a un président de la République qui est l’apanage de tout », dénonce Me Guèye.
« Nous avons besoin de changer le paradigme actuel de notre économie et pour cela, il faut replacer et reconsidérer le Sénégal dans le monde, car, aujourd’hui, nous sommes parmi les 25 pays les plus pauvres au monde », a déclaré de son côté Cheikh Tidiane Dièye, président de la Commission communication de la plateforme. Et d’ajouter : « Nous avons un pays garé et garroté. Notre pays est toujours au garage après 55 ans d’indépendance au moment où, d’autres pays qui étaient moins développés que nous ont franchi des pas de géants. Le rang du Sénégal est aujourd’hui très choquant. C’est un système de gouvernance lié à toutes sortes de tares. Aujourd’hui, on a un président de la République omnipotent. Aujourd’hui, notre pays est dans l’impasse et nos hommes politiques se sont développés. Au Sénégal, on ne doit pas vivre de la politique. C’est inacceptable. Partout où on passe, le sentiment le mieux partagé est la frustration. Partout où on passe, c’est le même discours. Ça ne va pas et il faut des alternatives et une nouvelle manière de faire avec nos derniers publics. Notre plateforme a pour but de permettre à tout le monde de s’exprimer librement ».
Les membres de la plateforme ont rappelé lors de leur face-à-face avec la presse, qu’ils ont pour objectif la conquête du pouvoir, c’est-à-dire gagner et gouverner avec les hommes et les ressources humaines de notre pays.