Comment les 300 millions de l’Etat ont été distribués aux centrales syndicales…

La Coalition des confédérations syndicales des travailleuses et travailleurs du Sénégal apporte la réplique au Front syndical autonome (Fsa) qui reproche au ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions, Mansour SY, d’avoir réparti les fonds injustement entre la Cnts, la Cnts/Fc, la Csa et l’Unsas, considérées comme les organisations les plus représentatives.

Face à la presse hier, vendredi 5 août, la Coalition des confédérations syndicales va en porte à faux contre le FSA en brandissant déjà la décision autorisant le versement de la somme de 300 millions au titre de la subvention de l’Etat allouée aux centrales syndicales les plus représentatives au titre du Pacte de stabilité sociale et d’émergence économique.

La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts), l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas), la Confédération des syndicats autonomes (CSA) et la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS /forces du changement) ont reçu respectivement 115 millions, 78 millions, 60 millions et 46 millions.

«La prise en compte du quotient électoral comme critère principal de détermination de la représentativité, en considérant le principe selon lequel la centrale dont les résultats ne lui permettent pas d’obtenir un siège ne peut être considérée comme appartenant au groupe des centrales les plus représentatives.  C’est sur cette base que le président de la République a accordé la subvention aux 4 centrales syndicales en toute conformité avec l’article 8 du pacte», lit-on dans la déclaration commune des centrales syndicales. Pour les secrétaires généraux, «cette subvention est octroyée et répartie en fonction de la représentativité syndicale». Alors que pour le Fsa, la clé de répartition risque de fausser les résultats des élections de représentativité prévues dans quatre mois.