Comment Aliou Sall et Mansour Faye mènent Macky vers l’abîme…Et si on en parlait…

Il y a un fait qui ne passe inaperçu pas au Sénégal. C’est la présence de la famille du président de la République ou d’une haute autorité institutionnelle dans la gestion des affaires publiques. Macky Sall le sait très bien. C’est d’ailleurs la révolte contre cette pratique qui lui a fait bénéficier des faveurs électorales des Sénégalais en 2012.
Mais, il fait la même chose. Tous les actes qu’il pose deviennent anodins, en raison de la présence boulimique et ostentatoire de membres de sa famille qui trahissent l’idéal républicain qu’il défendait.
Qui eut cru, il y a trois ans, que Macky Sall, une fois élu, associerait des membres de sa famille dans la gestion des affaires publiques ? Où serait Aliou Sall, si Macky Sall n’était pas président de la République ? Où serait Mansour Faye ? Connaitrait-on les Timbo ? Que deviendraient-ils et où seraient-ils, si Macky Sall n’est plus au pouvoir ?
Le militantisme ne devrait point amener l’Apr à bénir cette forfaiture, puisqu’ils l’ont combattue contre Wade.
Si Macky Sall gagne en impopularité, c’est beaucoup en raison de la reprise des pratiques des régimes défaits. Le sien a ses distributeurs automatiques de billets de banque, ses rigolos, ses condottieri, ses transhumants, son gouvernement pléthorique qui compte plus de politiciens, d’amis et de copains que de cadres appelés à transformer le destin national et son train de vie onéreux revu à la hausse.
Ce régime commence vraiment à être hors la République. Un ministre avoue avoir été nommé grâce à l’épouse du chef de l’Etat. Un griot de celui-ci déclare avoir fait nommer un ministre. Et les affidés répliquent par la condescendance et l’arrogance, alimentant une série ininterrompue de gaffes.
Aliou Sall, petit-frère du président de la République, maire à l’arrachée de Guédiawaye, président de l’Association des Maires du Sénégal et président encore de l’Union des Associations d’Elus locaux, se montre peu rassasié, devenant une curiosité. Joufflu et dodu, il donne l’image d’un intrus boulimique jamais assouvi qui en veut toujours, tant que son grand-frère est président de la République. L’autre, le grand-frère de la Première Dame, Mansour Faye, devenu maire hué de Saint-Louis, suscite des opinions tranchées qui renvoient à cette dynastie Faye-Sall, obstacle à toute rupture républicaine.
Demain, pour les faire partir, les électeurs n’auront pour cible que Macky Sall, la seule personne par qui, le citoyen peut passer pour s’en débarrasser. Aliou Sall et Mansour Faye mènent ainsi Macky Sall vers l’abîme, encore qu’ils se montrent hautains, condescendants et altiers d’être frères de…
Quand la gouvernance devient une affaire de parti, d’amis, de famille et de lobbys confrériques, c’est la République, somme du labeur des générations et résultat historique des efforts et des combats antérieurs, qui est trahie sur fonds de discours arrogants et d’artifices.
La dynastie Faye-Sall existe bien au Sénégal et autour d’elle, tout est fanfares, banquets, danses, harangues, applaudissements et génuflexions. La République commence à dégager une sinistre apparence du néant !
Le Piroguier de rewmi