Clédor Sène justifie : « pourquoi je faisais sauter des véhicules sous le régime de l’ex-Président Abdou Diouf »

Révélations sur révélations, Clédor Sène n’y est pas allé par quatre chemins pour confier sa part de vérité à Ahmed Aidara. Invité de l’émission «Sen Jotay», reprise par Actusen.com, Clédor Sène s’est remémoré les années 88 et 93 au Sénégal.
Parlant des élections de 1988, il s’est rappelé que c’était pour combattre le régime d’Abdou Diouf, car la population avait soif d’un changement, qu’il avait décidé d’entrer dans la danse.
«C’est la veille des élections que Abdoulaye Wade, Abdoulaye Bathily, Amath Dansokho et compagnie ont été envoyés en prison. Nous avons perpétré un attentat à la voiture piégée pour faire libérer tous ces opposants», dit-il, avec fermeté à Ahmed Aidara. L’objectif était, dit-il, «de changer de régime, car il n’y avait plus de démocratie…». Après une brève hésitation, Clédor Sène s’est ensuite appesanti sur l’affaire Me Sèye pour faire de graves révélations.
De 1993 à 2017, dit-il, 22 années se sont écoulées, mais «les gens ne peuvent pas percer le mystère sur l’affaire Me Sèye alors que tout cela a déjà été jugé. Depuis ma sortie de prison en 2002, cette affaire intéresse au plus haut point les Sénégalais parce qu’elle est louche», crache t-il sans détour.
Pour mieux comprendre ses propos, Clédor Sène invite l’animateur de la Sen Tv à partir du début. «Si les gens veulent comprendre, il faut partir du début, en 93 nous avons fait un code électoral consensuel, car il y avait trop de triche. Alors que le délai pour la proclamation des résultats provisoires était dépassé, le juge Kéba Mbaye a écrit une lettre au Président de la Commission électorale, qui avait refusé de proclamer les résultats, avant de soumettre cette question au Conseil constitutionnel..», a-t-il expliqué en détail.
S’arrêtant un moment pour faire des remarques, Clédor Sène explique : «vous, les journalistes, devez faire des investigations poussées sur cette histoire politique du Sénégal». Et d’ajouter : «le Conseil Constitutionnel a finalement proclamé Abdou Diouf gagnant avec 60% au premier tour. Il faut aussi se rappeler qu’il y avait eu un état d’urgence en 88 et c’est dans tout ce contexte qu’a eu l’assassinat de Me Babacar Sèye…».
Poursuivant, il s’attaque au jugement qui l’a envoyé en prison pendant des années. A ce titre, Clédor Sène dira : «pour quelqu’un qu’on accuse d’avoir tué un magistrat, on ne peut même lui infliger la peine de mort ou la perpétuité, alors qu’à l’époque, il y avait la peine de mort». Son étonnement a été plus grand dit-il quand le juge a voulu lui faire bénéficier de circonstances atténuantes.
Dakaractu

1 Comment

  1. Affaire me Seye ,quand la République fait de Cledor Sene un assassin amnistie et un charognard vorace.
    Dans quel Senegal sommes-nous ? Un assassin condamne pour meurtre du vice président du conseil constitutionnel tient en haleine a un moment grande écoute tout un peuple sans répondre a la seule question qui aurait du lui être posée: a t il oui ou non tue Me Babacar Seye? Il a du reste déjà répondu, sans convaincre, a cette question face au tribunal. Est il déchiré intérieurement par un remords parce que dans sa première ligne de défense(en 1993) il disait qu’¨ON¨ lui avait demande de simuler un assassinat. Contrairement a ses déclarations les prédictions de feu un Saint Homme (qu’Allah lui accorde le Paradis) sont entrain de le consumer à petit feu.
    Mais s’il désire dérouler un plan de communication que les medias ne lui facilitent pas la tache.
    Apparemment Cledor Sene se trompe d’époque et de régime un assassin ne peut pas être érigé en modèle dans ce Senegal actuel. Des lois doivent être votées pour empêcher a un assassin de s’enrichir a partir des effets médiatiques de l’assassinat d’un honorable père de famille, d’un serviteur de la Nation, d’un haut fonctionnaire dont les enfants , les petits enfants , bref toute la famille demande que justice soit bien faite. Cledor Sene ne doit plus jamais avoir le droit d’écrire un livre sur l’affaire et encore moins de fanfaronner dans les medias.
    Attention aux contre valeurs ! gare a l’inversion des valeurs ! Cledor Sene ne peut pas, ne doit pas être un héros. La République ne doit faire de Cledor à la fois un assassin amnistie un charognard vorace.
    A sa décharge le pseudo journaliste qui était devant lui était archi nul. Il a complètement rate l’occasion d’avoir la véritable version de l’assassinat de Me Seye. Aux usa dans les années1950/ 1960, un journaliste, un vrai cette fois ci , a ruine complètement la carrière d’un politicien manipulateur, menteur ,escroc et criminel par une simple question posée en direct a la television.Helas Mr Aidara n’a ni le niveau, ni la formation , ni la déontologie.

Les commentaires sont fermés.