C’est la guerre entre les Communes de Mbao et de Keur Massar…Pour un lopin de terre

Le pire a été évité de justesse, hier, dans la banlieue dakaroise, avec la montée d’adrénaline entre des responsables de la commune de Mbao et ceux de la commune de Keur Massar. En effet, des conseillers des communes précitées ont failli en venir aux mains suite à une différence de point de vue et d’interprétation sur les limites foncières des territoires des deux communes. Ainsi, les mots ont volé bas entre les agents municipaux des deux communes. N’eût été l’intervention des hommes en bleu, l’irréparable allait se produire, selon des sources qui ont assisté aux empoignades ayant opposé des conseillers de la commune de Keur Massar à leurs collègues de la localité voisine de Mbao.
La pomme de discorde est un espace d’un kilomètre carré compris dans le périmètre de la forêt classée de Mbao. Pour le maire de la commune de Mbao, les textes sont clairs, cette partie qui fait l’objet de litige est comprise dans les limites communales de Mbao. « Le décret a bien souligné que les limites du territoire communal de Mbao s’arrêté à la forêt classée de Mbao. J’ai été surpris de constater qu’ils (les responsables de la commune de Keur Massar) sont venus ériger leurs bornes à hauteur d’un km des rails. C’est ainsi que j’ai pris le soin d’adresser des correspondances aux différents services afin de leur expliquer la situation », a fait savoir Abdoulaye Pouye, maire de la commune de Mbao.

Des déclarations que son homologue de Keur Massar n’entend pas de cette oreille. D’après Moustapha Mbengue, Keur Massar se limiterait à hauteur de la route qui se trouve au Sud du centre d’émetteur. « C’est ce que dit le décret que nous avons en notre possession », insiste l’édile qui soutient être dans ses droits. Un dialogue de sourds s’installe donc à la suite de l’interprétation des deux autorités. Pour l’heure les discussions se poursuivent entre les deux autorités locales, bien que les deux parties campent sur leurs positions. Préoccupées par ce cocktail explosif que constitue le foncier dans cette partie du département de Pikine, les deux parties en appellent à l’intervention des autorités étatiques pour qu’une issue heureuse soit trouvée à ce problème complexe dans l’immédiat.