Blocus de la Gambie…Idrissa Seck appelle au dialogue et à la concertation

Le leader national du Rewmi donne son point de vue sur le blocus de la Gambie. Le règlement de cette question passe par le dialogue et la concertation entre Sénégalais et Gambiens. Idrissa Seck pense que « ce n’est dans l’intérêt d’aucun des deux pays qu’il y ait une crise de cette nature ». Et  le patron du Rewmi  d’inviter à cette occasion les deux pays à prendre surtout en considérations les relations fraternelles et amicales. « Nous sommes tous des frères, des cousins… », a-t-il déclaré,  évoquant aussi les relations économiques que le Sénégal entretient avec ses voisins. « Nous avons des échanges économiques importants. La Gambie commerce avec le reste de l’Afrique et  du monde à travers le Sénégal. Le Sénégal exporte ses produits vers la Gambie, Le Mali, la Guinée Bissau… » relève Idrissa Seck. Ajoutant que « depuis 1982 dans le cadre de la CEDEAO, il a été mis en place un mécanisme de transit routier inter-états destiné à faciliter les échanges et les transports. Ce mécanisme a été complété en 1990 à Banjul même par un mécanisme de facilitation de ce transit routier inter-états « . Toutes choses qui font dire à Idrissa Seck que « Le Président Macky Sall devrait profiter de son mandat à la tête de la CEDEAO pour que  ce mécanisme soit une réalité dans les pays de la sous-région ». Tout cela pour mettre un terme « aux souffrances des populations qui sont souvent victimes de prélèvements indus, de tracasseries administratives,   de longues attentes entre autres au niveau des frontières ». De l’avis de l’ancien maire de Thiès « la CEDEAO a été mise en place pour faciliter la libre circulation des personnes et des biens dans cet espace». D’ailleurs, Idrissa Seck pense qu’ « il serait également utile que le pont sur la Gambie devienne une réalité ».
ELHADJI MAEL COLY