Bibo Bourgi relance le dossier judiciaire de Karim…Plainte en France et rabat à Dakar…C’est reparti !

Encore un nouveau rebondissement dans l’affaire Karim Wade. Hier, Bibo Bourgi a déposé une requête en rabat devant la Cour suprême alors que le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) tenait, la vieille, sa première session dans le but de statuer sur le différend entre Menzies Middle East End Africa Sa et Aviation Handling Services International ltd à l’État du Sénégal.

Suite au verdict de la Cour suprême qui a confirmé la décision rendue par la Crei dans l’affaire Karim Wade, Ibrahima Khalil Bourgi dit Bibo, présumé complice du fils de l’ancien Président sénégalais, a fait rebondir le dossier contre toute attente. En effet, à en croire nos confrères de « Libération », ses avocats ont déposé hier une requête en rabat d’arrêt devant la Cour suprême. Ce qui veut donc dire que l’affaire Karim Wade va revenir en jugement devant cette juridiction dans les jours à venir.

Suspecté par l’accusation d’être un prête-nom de Karim Wade, Bibo a enclenché une série de procédures pour laver son nom, mais aussi pour récupérer les biens dont il clame la propriété. Avant cette requête en rabat qui vise à casser la décision rendue par la Cour suprême, Ibrahima Khalil Bourgi avait traduit l’État du Sénégal devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements.

1 Comment

  1. Il n’y a pas de raison de mettre fin à un combat contre le mensonge.
    Rassouloullah (SAS) disait: « Combattez le mal (et le mensonge est le premier mal, c’est le premier mensonge de Satan qui avait perdu Adam) par vos mains, sinon par votre langue, à défaut rejeter le par votre cœur. Et c’est là la frontière de l’Islam. »
    Et quel est le mal dans cette affaire ? Quel est le mensonge ? Entre mille, en voici un:
    Cheikh Tidjane Ndiaye partage avec Vieux Aïdara Canal Info News. Il y est propriétaire de 17% selon Aïdara. Lui, il conteste et revendique 50 %. Pour la reconnaissance de ses 50%, il dépose une plainte contre Vieux Aïdara.
    La preuve, ici:
    http://www.leral.net/Cheikh-Tidiane-Ndiaye-Vieux-Aidara-est-effectivement-inculpe-pour-faux-et-usage-de-faux_a48135.html
    En 2013, il semble en avoir marre de la procédure judiciaire, et propose à son partenaire Aïdara de lui revendre ses actions (toujours les 50%, dans son entendement). La preuve, ici:
    http://www.piccmi.com/photo/art/default/7129134-10927044.jpg?v=1414742640
    Alors, arrive la CREI. Cheikh Tidjane Ndiaye est recruté par la CREI comme administrateur provisoire de la totalité des actions de Canal Info News. Les actions qu’il revendiquait, tout comme celles qui appartenaient à son partenaire. C’est la force de la CREI qui a ainsi choisi.
    Au procès, en plus d’être administrateur provisoire, il est sélectionné comme témoin. Et il témoigne qu’il n’a jamais été actionnaire, que tout appartient à Karim Wade. Exit sa plainte contre Vieux Aïdara, oublié sa proposition de vente de ses actions à ce dernier, occulté le fait que durant 7 ans de démêlés avec Aïdara sur ces actions, que jamais il n’a pensé à l’arbitrage de celui qu’il dit être propriétaire de tout, au lieu de la justice et autre initiative de vente de ce qui ne lui appartient pas.
    Et sur cette base, la CREI se dit sûrement que des deux versions de Cheikh Tidjane Ndiaye, la seule véridique et documentée, ne permet pas de transformer en voleur celui qu’on a choisi pour être un voleur. Alors, elle valide la deuxième version. Sachant qu’une certaine presse se chargera du lavage de cerveaux nécessaires pour faire d’un mensonge une « vérité ».
    Et la CREI dit qu’elle a parlé et que le débat est terminé. Et les fanatisés nous répètent que force doit rester à cette loi.
    Mais nous, nous disons que nous avons une religion qui nous dit que l’accepter est un reniement de sa foi.

Les commentaires sont fermés.