Barthélémy Dias défie le procureur de la République…Il n’ira nulle part quelle que soit la convocation

Barthélémy Dias soutient qu’il ne répondra pas à la convocation de la Sûreté urbaine, entité de la police qui gère l’enquête sur la destruction des panneaux publicitaires, sur instruction du Procureur de la République. Une manière de défier le procureur…
“Au commissaire central de Dakar, commissaire Abdoulaye Diop, je profite de l’occasion pour lui présenter mes excuses de ne pas déférer à la convocation. Ce n’est pas une convocation, c’est une provocation. Ce n’est pas une convocation, c’est de l’acharnement. Et je refuse d’être un faire-valoir. Je n’ai pas besoin de me cacher derrière une immunité. Et je n’accepte pas les accidents de l’histoire, comme j’ai traité le ministre Oumar Youm (ancien ministres des Collectivités locales devenu Directeur de cabinet du chef de l’Etat) qui se permet d’instrumentaliser des lévriers de l’Etat pour régler des comptes personnels. Je refuse de répondre à la convocation parce qu’il n’y a pas de convocation”, déclare Barthélémy Dias, lors de sa rencontre avec la presse, hier. Des propos rapportés par “Le Témoin”.
Son acte, il ne le regrette pas du tout, car il estime être dans son droit. Un droit que le Code des collectivités locales lui confère.
“Dans ce pays, il y a des gens qui pensent qu’ils sont trop importants pour payer des impôts. Ils se permettent de mettre des panneaux publicitaires sur la voie publique sans aucune autorisation administrative tout en refusant de payer des impôts parce qu’ils considèrent qu’ils ont pour nom Bougane Guèye Dany, Aly Mané… Je rappelle que dans la même histoire, il y a une fille qui est propriétaire de certains panneaux. Elle considère également qu’elle ne doit pas payer l’impôt parce que c’est la fille de Diop Sy. Elle a posé des panneaux sur le périmètre communal sans aucune autorisation administrative. Elle n’a payé aucune redevance à la commune de Mermoz-Sacré coeur. Et toutes ces personnes ont en commun le fait qu’elles considèrent qu’elles sont au-dessus de la loi”, dit-il.

1 Comment

  1. Ñaw ! Qui engraisse un bélier, dit l’adage, sera le premier à en recevoir le coup de corne. Il avait tué, il avait invité au Far West. Alors Macky Sall a réflechi pendant un court instant, en se posant une seule question: « Il est dans quel camp ? Avec moi ou dans l’opposition ? » On lui dit: « Il est avec toi ». Alors il a dit: « La solution est simple. J’en fait un député, donc, immunité contre la justice. La presse des 100 va se charger de trouver de nouveaux mots pour ses actes incontestables. On répétera à la folie les nouveaux mots fabriqués par la Forge. Ce sera « légitime défense ». Alors Macky ? Immunité et légitime défense, on dit quoi maintenant ? Barthélémy a retenu la leçon des légionnaires. Les panneaux qu’il a détruit, ça s’appelle « affichage sauvage ». Et les publicitaires et leurs affichages sont venus agresser sa vue. Alors « légitime défense ». Si ça ne marche pas, c’est que la presse des 100 n’a pas voulu jouer son rôle. Elle aurait trahi.
    Ñaw !

Les commentaires sont fermés.