Bara Tall risque de perdre le journal « le Populaire »…Les journalistes sont restés 30 mois sans salaires

En conclave depuis hier après-midi, et sans doute en direction vers une AG qui risque d’être décisive par la suite, les journalistes du « Populaire » menacent de fermer boutique. Après 30 mois sans salaire, ils sont décidés de passer à vitesse supérieure, ne sachant plus où donner de la tête et lassés par les promesses vaines de la Direction générale.
Il faut dire que la triste situation qu’ils vivent, ne date pas d’aujourd’hui. Quand BaraTall a commencé à vivre son calvaire, ils avaient tenu bon. Jouant la carte de la solidarité, ils avaient plusieurs fois été obligés de faire une impasse sur leurs rémunérations. Mais chaque fois qu’ils rencontraient leur patron, ça repartait de plus belle. Les seules gratifications dont ils avaient droit étaient de sempiternels remerciements et l’engagement ferme de tout régler une fois la situation assainie par le remboursement de l’Etat qu’attendait la boite. A leur grande surprise cependant, une fois en possession des sous, Bara Tall aurait réorienté ses priorités, ailleurs.
Et quand certains journalistes le relançaient, les larmes aux yeux et la peau collée au ventre, c’était pour de nouveaux sacrifices, s’ils n’étaient pas accusés de vouloir vivre au-dessus de leurs moyens.
Il fallait alors un trésor d’imagination des anciens de la boite pour calmer le jeu et faire patienter, même si certains jeunes ont fini par jeter l’éponge.
Mais comment vivre au-dessus de ses moyens, si on ne parvient même pas à toucher un salaire à la fin du mois, deux ans et des mois durant ? ?
C’est pour dire à leur boss, que le ras leur bol a atteint son paroxysme que les journalistes du Populaire sont résolus à trouver solution au problème. Se faire entendre…ou se faire virer !